Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
11 avril 2017

Dîner-conférence avec le ministre Luc Blanchette

Perspectives extrêmement positives pour l’avenir du secteur forestier

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

Le ministre Luc Blanchette était en visite à Mont-Laurier le 7 avril dernier.
Le ministre Luc Blanchette était en visite à Mont-Laurier le 7 avril dernier.

Pour la majorité des élus et intervenants de l’industrie forestière présents à la conférence, la mise à jour faite par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) fait miroiter un très bel avenir sur plusieurs niveaux du secteur forestier.

Organisé par la Chambre de commerce de Mont-Laurier, le dîner-conférence mettant en vedette le ministre Blanchette a rassemblé environ 80 intervenants liés au secteur forestier, en plus de plusieurs élus et quelques représentants des municipalités de la région. Dans la région, le secteur forestier représente des revenus annuels de 740 millions de dollars, 237 entreprises ainsi que 3 500 emplois.

Survol de divers dossiers

Après un résumé historique qui rappelait que l’industrie forestière a toujours été au cœur de l’économie québécoise, le ministre Luc Blanchette a repris et expliqué plusieurs faits d’actualités liés à ce secteur. Il a, entre autres, été question de sujets chauds, comme l’importance d’obtenir du fédéral une garantie de prêts. Pour répondre à un exploitant forestier, le ministre a assuré que le Québec n’abandonnerait jamais les entreprises concernées et leurs travailleurs. Il prévient toutefois que ce dossier relève uniquement du gouvernement fédéral.

Croyant aux vertus et aux qualités du bois, le ministre est convaincu que si la Charte du bois était bien exploitée, elle pourrait créer, maintenir et consolider des emplois qui dépendent de cette industrie dans toutes les régions du Québec. L’innovation, le développement et la diversification sont aussi dans la mire du ministre. En considérant la demande croissante pour la biomasse et la prémisse d’un avenir prometteur pour le biocarburant, le ministre assure que le Québec est prêt pour un virage technologique.

Des investissements majeurs

Grâce à des fonds issus du Fonds vert, dans lequel 1,4 milliard de dollars ont été injectés, il est possible de financer des projets touchant, entre autres, la formation, la recherche, l’exportation, l’innovation, le développement et la diversification. Pour les forêts publiques et privées, M. Blanchette cite en exemple, un programme pour la production de plants en forêts et un autre totalisant 10 millions de dollars étalés sur quatre ans qui serviraient à prévenir et enrayer la tordeuse de bourgeons d’épinettes. Pour conclure, le ministre soulignait qu’en ce qui concerne le contexte du carbone, il faut voir cela non pas comme une contrainte, mais plutôt une opportunité pour voir quel genre de développement on peut faire.

Selon la préfète de la MRC d’Antoine-Labelle, Lyz Beaulieu, des rencontres ont lieu depuis l’automne dernier avec des entrepreneurs du secteur forestier de la région. Ces intervenants possèdent différents champs d’intérêt et travaillent sur différents projets. Une annonce est d’ailleurs prévue pour très bientôt afin d’en informer la population.C

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel