Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
27 octobre 2016

La chronique musicale

Antoine Mainville

chronique musicale

Salutations mélomanes! Contrairement à mes chroniques habituelles, je vous présente ce mois-ci non pas une personne, mais bien une formation: Premier toit.

C’est au Verre Bouteille (Montréal), dans une salle comble et écrasé par une chaleur tropicale que j’ai assisté au lancement de leur premier EP (mini-album). Un spectacle sobre d’une qualité sonore irréprochable. Une performance solide sans artifice, mais enrobée de magie. Comme bien d’autres personnes dans la salle, j’ai senti que ce groupe n’est pas destiné à s’éteindre de si tôt. Ce qui m’a frappé, c’est l’équilibre fragile entre les mélodies pop et définies, et les enchaînements qui s’amusent avec le jazz. On sent clairement, et à notre plus grand plaisir, les influences de Karkwa. D’ailleurs, j’ai cru entrevoir un certain Louis-Jean Cormier avec les oreilles bien ouvertes ce soir-là. Les grands esprits se rencontrent qu’ils disent?

À la tête du groupe, Jeanne Côté. Fière représentante de la gent féminine au sein de la formation. Elle se tient debout, elle chante la tête haute. Elle vient du fleuve et des grandes musiques de Petite-Vallée. On la sent portée par un bagage et une assurance que peu possèdent. Elle assume avec brio son rôle de pilier. Sa voix perce comme la lumière d’un phare bienveillant surplombant une mer embrumée. Ses textes sont simplement écrits. Simplement avec toute la complexité que cela peut sous-entendre. Elle dépose les images comme les vagues laissent quelquefois de précieux coquillages sur la grève. On ne peut que les ramasser pour les emporter avec nous.

Les quatre autres membres du groupe font également un travail remarquable. Plusieurs sont en mesure de chanter, ce qui enrichit considérablement la présence vocale. Chacun prend la place qui lui revient sans que l’on sente à aucun moment qu’on se tire la couverture. Une maturité musicale étonnante qui, au final, fait ressortir les textes.

Le mini-album comporte cinq pièces, toutes enregistrées au Studio B dans le quartier Hochelaga. Sans nécessairement avoir le titre officiel de réalisateur, Benoit Parent y contribue en proposant certaines avenues artistiques. L’enregistrement se rapproche essentiellement de la performance live à laquelle j’ai assisté, ce qui confirme un certain désir d’intégrité et le fait qu’ils ont bel et bien un son propre à eux.

Vous en entendrez certainement parler au courant des prochaines années!

Pour les suivre: https://www.facebook.com/premier.toit

Pour écouter leur EP: https://premiertoit.bandcamp.com/releases

Partager:

Antoine Mainville