Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
18 septembre 2019

Agressions sexuelles graves à Lac-Saguay

Yann St-Pierre devra subir une évaluation de délinquant dangereux

Gilles C. Poirier , pigiste judiciaire

Avant la détermination de sa peine, Yann St-Pierre sera soumis à une évaluation de délinquant dangereux à l’Institut national de psychiatrie Philippe-Pinel de Montréal. Sa victime a dû subir une chirurgie à Saint-Jérôme en raison de la gravité de ses blessures (photo : Pixabay).
Avant la détermination de sa peine, Yann St-Pierre sera soumis à une évaluation de délinquant dangereux à l’Institut national de psychiatrie Philippe-Pinel de Montréal. Sa victime a dû subir une chirurgie à Saint-Jérôme en raison de la gravité de ses blessures (photo : Pixabay).

Le 5 septembre 2019, la juge Yanick Laramée a ordonné que Yann St-pierre, 38 ans, de Lac-Saguay, subisse une évaluation de délinquant dangereux à l’Institut national de psychiatrie Philippe-Pinel de Montréal durant une période de 60 jours, suite à des agressions sexuelles avec mutilations survenues le 10 août 2018 à Lac-Saguay.

Yann St-Pierre a plaidé coupable le 6 juin 2019 au palais de justice de Mont-Laurier à des accusations d’agressions sexuelles avec mutilations, d’évasion d’une garde légale, de conduite de véhicule pendant une interdiction, de menaces de mort envers un policier pendant sa détention, de harcèlement envers sa victime et de bris de probation.

La juge a ordonné un rapport présentenciel comprenant une évaluation sexologique.

Les faits

Le 10 août 2018, à son domicile, Yann St-Pierre a agressé sexuellement une femme début trentaine en lui infligeant des mutilations, durant une pratique sexuelle communément appelée « fisting-anal ».

Il a conduit sa victime, en hémorragie, au centre hospitalier de Rivière-Rouge en lui demandant de ne rien dire au médecin, mais plutôt d’inventer une histoire.

Le personnel médical a contacté la Sûreté du Québec (SQ) qui s’est rendue sur les lieux où l’individu a été mis en état d’arrestation. Il a réussi à s’évader de sa garde légale et a été arrêté le lendemain.

Devant la gravité des blessures, la victime a été transférée à l’hôpital de Saint-Jérôme pour y subir une chirurgie.

Durant sa détention au poste de la SQ de Mont-Laurier, l’homme a proféré des menaces de mort à l’endroit d’un policier sous prétexte qu’il était insatisfait des sandwichs qu’on lui servait.

Lors de sa comparution le 20 août 2018, il a aggravé sa cause devant le tribunal. Il a harcelé sa victime, présente dans la salle d’audience. En la regardant, il a imité avec sa main un revolver qu’il mettait sur sa tempe.

L’ordonnance d’évaluation de délinquant dangereux

Yann St-pierre est revenu au tribunal le 5 septembre 2019 pour le prononcé de sa sentence, sauf que devant le rapport présentenciel défavorable à l’accusé, la procureure aux Poursuites criminelles et pénales a demandé une évaluation de délinquant dangereux avant la détermination de la peine.

La demande n’a pas été contestée par l’avocat de la défense et la juge Laramée a ordonné une évaluation de délinquant dangereux durant une période de 60 jours à l’Institut national de psychiatrie Philippe-Pinel de Montréal.

L’accusé a interpellé la juge Laramée et lui a demandé s’il pouvait être évalué à Saint-Jérôme. La juge lui a expliqué que c’est à l’Institut Pinel que ce type d’évaluation peut être effectuée. « Fuck, ma blonde ne pourra pas venir me voir là-bas », a-t-il alors ajouté.

Interrogée, la procureure aux Poursuites criminelles et pénales explique : « Ces dispositions visent à protéger la société contre les délinquants violents et les prédateurs sexuels dangereux. Ces individus peuvent être déclarés délinquants dangereux lors de la détermination de la peine si le tribunal est convaincu que le délinquant constitue un danger pour la vie ou la sécurité du public. Si l’individu est déclaré délinquant dangereux par le tribunal, celui-ci peut lui imposer une peine de détention dans un pénitencier pour une période indéterminée ».

L’accusé doit revenir devant le tribunal le 22 nombre 2019 pour la suite des procédures.

« Fuck, ma blonde ne pourra pas venir me voir là-bas. » – Yann St-Pierre, s’adressant au tribunal

Partager:

Gilles C. Poirier , pigiste judiciaire

  • Courriel