Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
16 septembre 2019

Bilan du Festival international de Théâtre de Mont-Laurier

Il y aura une 10e édition promet Marie-Claude Doré

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

La traditionnelle soirée de clôture était l’occasion de remettre les différents prix en lice (photo : Sébastien Bisson – Le Courant des Hautes-Laurentides).
La traditionnelle soirée de clôture était l’occasion de remettre les différents prix en lice (photo : Sébastien Bisson – Le Courant des Hautes-Laurentides).

« Je me suis rendu compte qu’en plus du conseil d’administration de Double Défi, des gens qui avaient des mandats les ont tellement bien réalisés que pour la 10e édition, il y a moyen d’organiser des sous-comités », souligne la présidente de Double Défi, Marie-Claude Doré.

En tout, 23 spectacles ont été présentés par 14 pays différents dans le cadre du festival tenu du 5 au 11 septembre à Mont-Laurier. Lors de la soirée d’ouverture, la présidente a senti que le festival avait monté d’une coche lorsque les 200 festivaliers grimpés sur scène laissaient derrière eux une foule dense.

Selon ce qu’avance Mme Doré, plus de 4 000 personnes ont franchi les portes de l’Espace Théâtre. Ce chiffre inclut les festivaliers et les spectateurs détenant des billets VIP, ceux de la billetterie et les forfaits incluant le transport de Montréal à ici.

Deux soirées thématiques

Sous le chapiteau au centre-ville de Mont-Laurier, tandis que les Colombiens et les Dominicains faisaient la fête avec leur manteau d’hiver et leur foulard bien serré autour du cou, les Roumains, Belges, Marocains, Allemands, Philippins, Italiens, Canadiens et représentants d’autres pays célébraient ensemble une même passion: les arts de la scène.

Les deux journées thématiques ayant pour thème le Mexique et Haïti en ont surpris plusieurs. Pendant que des airs latinos flottaient dans l’air, on servait du maïs assaisonné avec des épices du Mexique. En soirée, six ou sept mariachis de Montréal ont mis le feu à la baraque.

« Le party était tellement pogné, qu’on a dû ouvrir les portes à cause de la chaleur et parce qu’il y avait trop de monde! Un autre soir, c’était la thématique haïtienne qui a fait lever le party », a rapporté Mme Doré.

Rayonnement régional

Cette année encore, des enseignants de la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN) en ont profité pour faire vivre à leurs élèves des moments et des échanges interculturels très enrichissants. La troupe belge s’est même fait plaisir deux autres fois en se produisant en spectacle à l’auditorium de la polyvalente Saint-Joseph de Mont-Laurier. Avec leur pièce de 35 minutes, ils avaient un beau message à lancer aux adolescents.

Une équipe technique saluée

Cette année, l’équipe technique de l’Espace Théâtre était la coqueluche des troupes internationales. L’excellence de leur travail leur a valu de se faire prendre en photo par pratiquement toutes les troupes internationales.

« Ici, on regarde et c’est fait », résumait un Italien habitué à travailler avec des techniciens de partout dans le monde.

« Cette année, ça m’a donné un p’tit coup au cœur. Je me sentais plus comme un artiste de la scène, mais tout en demeurant dans l’ombre », confiait le directeur technique pour le festival, Serge Whissel.

Des choix difficiles

Pour Réal Couture, président du jury, le festival représente un ensemble de défis à relever : « Il y a beaucoup de productions et de diversités en plus de toutes les langues confondues ».

Les rencontres matinales avec les troupes permettaient au jury d’aller plus loin dans la recherche et le travail bâtis par les troupes et de mieux comprendre l’aventure de création dans laquelle elles s’étaient embarquées. Les nombreux débats pour déterminer les gagnants démontrent à quel point plusieurs choix étaient difficiles.

« C’est complexe, parce qu’on est un jury de neuf personnes, explique M. Couture. Il y a donc une diversité d’opinions et de perceptions par rapport au style de théâtre et aux approches théâtrales. Cette démarche très importante dynamise le groupe et l’amène à faire des débats vraiment en profondeur. »

Des changements au c.a.

Selon ce qu’a rapporté la présidente, des administrateurs de Double Défi ont manifesté leur désir de se retirer. On peut comprendre leur essoufflement, car l’organisme produit également le Gala Double Défi qui inclut la production d’une pièce de théâtre, une levée de fonds et la remise de bourses pour des entreprises de la vallée de la Lièvre. Mais chose qui n’arrive que très rarement: des personnes ont déjà manifesté leur intérêt à faire partie du conseil d’administration. Cet engouement envers cet événement d’envergure assure la pérennité du festival.

Galerie de photos

    CON_4034292_1544_B.jpg
  • 1/7
  • CON_4034291_1544_B.jpg
  • 2/7
  • CON_4034290_1544_B.jpg
  • 3/7
  • CON_4034289_1544_B.jpg
  • 4/7
  • CON_4034288_1544_B.jpg
  • 5/7
  • CON_4034287_1544_B.jpg
  • 6/7
  • CON_4034286_1544_B.jpg
  • 7/7
Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel