Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
28 août 2019

Invasion de domicile à Rivière-Rouge

Les trois agresseurs condamnés à des peines d’emprisonnement.

Gilles C. Poirier , pigiste judiciaire

Steven Bourdon de Terrebonne, Guillaume Massé de Nominingue et Sylvain Duchesne de Saint-Lin-des-Laurentides, ont été condamné des peines d’emprisonnement allant de deux ans et cinq mois à quatre ans et demi (photo : Pixabay).
Steven Bourdon de Terrebonne, Guillaume Massé de Nominingue et Sylvain Duchesne de Saint-Lin-des-Laurentides, ont été condamné des peines d’emprisonnement allant de deux ans et cinq mois à quatre ans et demi (photo : Pixabay).

Steven Bourdon, 30 ans, de Terrebonne, Guillaume Massé, 40 ans, de Nominingue et Sylvain Duchesne, 41 ans de Saint-Lin-des-Laurentides, ont été condamné respectivement à des peines d’emprisonnement de deux ans et cinq mois, trois ans et demi et quatre ans et demi.

Les trois agresseurs ont reconnu leur culpabilité devant la juge Sandra Blanchard, le 2 mai dernier, au Palais de Justice de Mont-Laurier, en lien avec une invasion de domicile survenue le 6 décembre 2017, sur le boulevard Fernand-Lafontaine dans le secteur de Sainte-Véronique à Rivière-Rouge. Ils ont plaidé coupables à des accusations de complot et d’introduction par effraction dans une maison d’habitation pour y commettre un acte criminel, soit; vol qualifié, voies de fait, lésions, vol, menaces, et séquestration.

Les peines d’emprisonnement.

La juge Blanchard a condamné sur-le-champ, Steven Bourdon à deux ans et cinq mois d’emprisonnement et Sylvain Duchesne à quatre ans et demi d’emprisonnement. Sylvain Duchesne a de plus reçu une peine supplémentaire de 12 mois, concurrente à la peine principale pour des voies de fait avec lésions corporelles sur la personne d’un quatrième complice.

Guillaume Massé est revenu devant le tribunal, le 19 août dernier, et la juge Blanchard lui a imposé une peine d’emprisonnement de trois ans et demi.

Les avocats de la défense et de la poursuite ont présenté une suggestion commune sur la peine au juge Blanchard en fonction de l’implication des accusés et de leurs antécédents judiciaires. Précisons que Guillaume Massé depuis l’âge de la majorité a comparu devant les tribunaux dans 93 dossiers représentant plusieurs centaines de chefs d’accusation. Dans une autre cause, le juge Parent, en prenant connaissance des antécédents judiciaires de Guillaume Massé, lui a fait la remarque, pour imager ses propos, que devant le volume de papier nécessaire à l’impression de son dossier, il pourrait faire face à des accusations de crime contre l’environnement.

Les agresseurs sont entrés dans la résidence du boulevard Fernand-Lafontaine, ils ont attaché et battu le résident, un homme de 65 ans, dans le but de le voler. Selon les informations qu’ils avaient obtenues, la victime, après avoir vendu une propriété, conservait chez lui une somme en liquide de près de 200 000$. Ils ne sont finalement repartis qu’avec un montant de moins de 100$. La victime de 65 ans a dû être conduite au centre hospitalier pour y soigner des blessures importantes qui ne mettaient pas sa vie en danger.

Le quatrième complice

Un quatrième complice, Nicolas Comeau, 32 ans, de Nominingue, a comploté avec les trois autres, mais à la dernière minute, a refusé de participer à l’invasion de domicile. Il a collaboré avec les autorités et a témoigné lors de l’enquête préliminaire contre ses anciens complices. Le 28 janvier dernier, le juge Maurice Parent a suspendu le prononcé de la peine et a imposé à Nicolas Comeau une probation de trois ans, assorti d’un couvre-feu pour une période de deux ans. Il devra également effectuer 240 heures de travaux communautaires indiqués par son agent de probation.

Partager:

Gilles C. Poirier , pigiste judiciaire

  • Courriel