Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
21 août 2019

Réservoir Baskatong

« Nous on veut parler » clame un couple de riverains

Kathleen Godmer , journaliste

C’est ce qu’il y avait sur le Baskatong devant la plage de Danielle et Jean, le 9 juillet dernier. Selon leurs dires, ce n’est pas la première fois qu’un épisode d’algues bleu vert se produit, mais de cette envergure, oui (photo : gracieuseté).
C’est ce qu’il y avait sur le Baskatong devant la plage de Danielle et Jean, le 9 juillet dernier. Selon leurs dires, ce n’est pas la première fois qu’un épisode d’algues bleu vert se produit, mais de cette envergure, oui (photo : gracieuseté).

Après avoir fait la lecture de l’article intitulé « Plus personne ne veut parler au Baskatong », paru dernièrement dans Le Courant, Danielle Fortin et Jean Verrette ont manifesté, le 8 août dernier, le désir de s’exprimer et de raconter leur réalité en tant que propriétaires d’un chalet sur les rives du réservoir Baskatong à la Baie au Sable.

Suite à un épisode sévère d’algues bleu vert (cyanobactéries) survenu le 9 juillet dernier sur la rive de leur terrain à la Baie au sable, ils ont compris l’urgence d’agir.

« Cette “ soupe “ nauséabonde couvrait une très grande partie de l’eau devant notre plage, du jamais vu depuis qu’on est là. Ça devait couvrir facilement environ 10 000 pieds carrés. Il y avait eu d’autres épisodes dans le passé, mais jamais d’une telle ampleur. On peut dorénavant conclure que la surface atteinte sur l’eau augmente d’année en année », ont-ils expliqué.

Comme à chaque fois que cela se produit le couple a pris des photos et a téléphoné aux autorités concernées soit la Ville de Mont-Laurier et le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

« Au ministère de l’Environnement, on nous a dit encore qu’ils ne pouvaient rien faire pour ça (on s’interroge sérieusement), qu’il fallait appeler la Municipalité. À la Ville de Mont-Laurier, comme à l’habitude, Brigitte Grenier a pris en note nos observations sur ce nouvel épisode “ cyanobactérien “. Elle a vu nos photos et a mis le tout dans un dossier de signalements de cyanobactéries sur le réservoir Baskatong, section Mont-Laurier. Elle remettra ensuite ce dossier au ministère de l’Environnement, ce même ministère où on nous dit qu’ils ne peuvent rien faire. Nous sommes comme dans “ Les douze travaux d’Astérix “ ; tout le monde se relance sans que personne n’intervienne directement », a raconté le couple.

Danielle et Jean sont choqués de constater qu’en 2019, « quand l’environnement devrait être au cœur des priorités du ministère et des municipalités, le réservoir Baskatong, un des Joyaux du Québec, ne soit pas mieux protégé.

« Il ne faut rien attendre des autorités concernées. Soyons nous-mêmes vigilants et responsables de notre environnement. Parlons-nous, trouvons des solutions durables à la pollution qui grandit autour et dans le réservoir. Il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard comme pour plusieurs lacs du Québec. Que nous soyons résidents, saisonniers, campeurs, pêcheurs, nageurs, villégiateurs d’un jour, agissons tous ensemble dans l’intérêt de notre Baskatong que l’on aime tant », a lancé comme message le couple.

« Nous, on veut parler et il faut que tout le monde se parle. La qualité de l’eau du réservoir Baskatong en dépend. »

– Danielle et Jean

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel