Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
21 août 2019

Lutte aux cyanobactéries

La prévention, clef du succès?

Kathleen Godmer , journaliste

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques prend en compte plusieurs facteurs lorsqu’on lui demande d’intervenir lors d’un épisode de cyanobactéries  (photo : Pixabay).
Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques prend en compte plusieurs facteurs lorsqu’on lui demande d’intervenir lors d’un épisode de cyanobactéries (photo : Pixabay).

Ébranlés par un article paru dernièrement dans Le Courant qui parlait de l’état du réservoir Baskatong et des inquiétudes environnementales qui s’y rattachent, un couple a décidé de dénoncer une situation de cyanobactéries dont personne ne semblait se soucier, forçant ainsi le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) à donner des explications.

Ce n’était pas la première fois que le couple voyait des épisodes d’algue bleu vert survenir sur la rive de son terrain à la Baie au Sable. Toutefois, le 9 juillet dernier, devant l’ampleur de la situation, les deux personnes ont décidé d’agir et de d’alerter (encore une fois) le ministère.

Ils ont communiqué avec Le Courant pour raconter leur histoire et celui-ci est entré en contact avec le MEMCC pour tenter de comprendre.

Pas d’intervention terrain

Selon Frédéric Fournier, porte-parole régional du ministère, depuis 2018, la direction régionale qui reçoit un signalement visite le plan d’eau touché pour l’échantillonner, seulement s’il répond à au moins un de ces critères : il n’était pas connu pour la problématique des cyanobactéries et sert à approvisionner, en eau potable, un réseau assujetti au Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP); il nécessite un suivi particulier, en raison d’un signalement à une direction de santé publique ou de la tenue d’une activité récréative de contact avec l’eau (par exemple une compétition de canot); une situation majeure justifie qu’une équipe se déplace, telle une manifestation extrême du phénomène; il s’agit d’un plan d’eau transfrontalier qui fait l’objet d’une entente officielle entre gouvernements.

« Le signalement fait à la Direction régionale pour ce cas ne répondait pas à l’un de ces critères. La citoyenne a été informée qu’il n’y aurait pas d’intervention terrain de la part du Ministère conformément au plan d’action ministériel concernant les algues bleu vert », a déclaré le porte-parole.

Prévenir ou réduire

Le MEMCC a aussi partagé des explications et conseils afin de prévenir ou réduire les fleurs d’eau de cyanobactéries.

Il encourage par ailleurs les citoyens à poser des gestes concrets : stabiliser et végétaliser les rives, éliminer les fertilisants, porter attention aux installations septiques, employer des savons et détergents sans phosphate, agir avec précaution en pratiquant les sports nautiques, adopter de saines pratiques agricoles et contribuer à ralentir les changements climatiques.

Le ministère affirme qu’il poursuit ses efforts de sensibilisation en matière d’algues bleu vert. À l’été 2018, il a mis en ligne une toute nouvelle section vulgarisée sur son site internet appelée « Algue bleu vert = cyanobactérie ». On y retrouve des informations pour prévenir et réduire les fleurs d’eau, identifier et signaler une fleur d’eau et prendre des précautions en présence d’une fleur d’eau.

« Rappelons que depuis quelques années les interventions du Centre de contrôle environnemental du Québec (CCEQ) dans le domaine des algues bleues vert se sont modifiées substantiellement pour s’adapter aux connaissances scientifiques et surtout pour consacrer encore plus ses ressources au contrôle des sources de pollution en phosphore plutôt qu’à la documentation du phénomène des algues bleues verts. On ne peut discuter, analyser, tirer des conclusions du nombre d’inspections dans ce domaine sans tenir compte que le CCEQ a modifié considérablement ses objectifs d’interventions en se concentrant sur l’origine du problème », a aussi expliqué M. Fournier.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel