Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
13 août 2019

Programme Agir tôt

3 146 200$ octroyés dans les Laurentides

Kathleen Godmer , journaliste

Yves St-Onge, président-directeur général adjoint du CISSS des Laurentides, Youri Chassin, député de Saint-Jérôme, Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et Michel Couture, vice-président du conseil d’administration du CISSS des Laurentides (photo : gracieuseté).
Yves St-Onge, président-directeur général adjoint du CISSS des Laurentides, Youri Chassin, député de Saint-Jérôme, Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et Michel Couture, vice-président du conseil d’administration du CISSS des Laurentides (photo : gracieuseté).

Le 26 juillet dernier, le ministre Carmant, délégué à la Santé et aux Services sociaux, a annoncé l’octroi d’un montant de plus de 3,1 M$ dans les Laurentides afin de rehausser les équipes d’intervention auprès des jeunes enfants et d’améliorer les services de dépistage dans la région des Laurentides.

Ce qu’il faut retenir

• C’est dans le cadre de sa tournée aux quatre coins du Québec pour présenter le programme Agir tôt, que le ministre, a fait l’annonce de l’octroi de 3 146 200$ dans les Laurentides.

• Agir tôt est un engagement phare du gouvernement et des investissements de 48 M$ ont été annoncés dès 2019-2020 pour son déploiement, investissements qui atteindront progressivement 88 M$ annuellement d’ici 2023-2024.

• Le programme vise à identifier le plus tôt possible les difficultés chez l’enfant, à évaluer son profil de développement, à l’orienter vers le bon service et lui offrir le soutien dont lui et sa famille ont besoin.

Ce qu’elle a dit

• « Il est prématuré d’indiquer la façon dont sera distribuée la somme allouée pour le déploiement du programme. Le montant sera toutefois entièrement réparti au sein des équipes du CISSS des Laurentides. Nos équipes travaillent actuellement à déterminer la meilleure répartition possible en fonction des besoins identifiés dans chacun des secteurs. » – Bianca Desrosiers, agente d’information au CISSS des Laurentides

• « Nous savons déjà que nous procéderons à l’embauche de professionnels pour consolider les services dans le secteur d’Antoine-Labelle grâce à cette enveloppe ministérielle, car certains besoins sont plus criants, notamment : en orthophonie, en éducation spécialisée et en physiothérapie. » – Bianca Desrosiers, agente d’information au CISSS des Laurentides

• « En 2020, une plateforme informatique accessible par le Web sera mise à la disposition des parents et personnes proches de l’enfant pour dépister les retards de développement. Le but étant de réduire les délais d’attente advenant un succès dans le recrutement des ressources. » – Bianca Desrosiers, agente d’information au CISSS des Laurentides

Faits saillants :

Le programme Agir tôt repose sur le rehaussement des équipes d’intervention précoce à l’échelle du Québec et sur le déploiement graduel d’une plateforme informatique à laquelle la population aura accès et qui regroupe des questionnaires de dépistage sur le développement de l’enfant 0-5 ans.

Différentes stratégies pour améliorer le dépistage précoce sont également prévues et mettront à contribution les partenaires du réseau de la santé et des services sociaux et ceux du réseau des services de garde et de l’éducation.

Les familles peuvent aller chercher de l’aide auprès de différents partenaires et avoir accès aux services par diverses portes d’entrée (CPE, infirmières , GMF, optométristes, dentistes, Direction du programme Jeunesse, organismes communautaires).

Annuellement, le CISSS reçoit environ 20 références pour la trajectoire diagnostique pour un retard de développement et environ 85 références pour la trajectoire de services en retard du langage.

En 2018-19, pour les services d’évaluation-intervention pour retard de développement et retard du langage, 17 enfants avec un retard de développement et 108 enfants avec un retard du langage ont bénéficié de l’expertise de l’équipe.

Les délais pour accéder à ces services sont passés de 36 à 16 mois au courant des deux dernières années.

Pour les services spécifiques en déficience intellectuelle, troubles du spectre de l’autisme et déficience physique (en CLSC), ce sont 81 jeunes qui ont reçu un suivi par l’équipe d’intervenants du CLSC.

Pour les services spécialisés en déficience intellectuelle et troubles du spectre de l’autisme enfants et adultes (anciennement le Florès), 64 jeunes ont obtenu des services de réadaptation.

Les services spécialisés en déficience physique enfants et adultes (anciennement Le Bouclier) ont reçu 154 enfants qui ont obtenu des services de réadaptation par les intervenants du programme en déficience du langage.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel