Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
10 août 2019

24 jours sur la grand-route

À 72 ans, il pédale seul de Rivière-Rouge à Gaspé

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

Le Riverougeois Austin Smith vient d’accomplir un grand défi : d’ici, il s’est rendu jusqu’à la Ville de Gaspé en vélo en roulant 24 jours sur la grande route 132. Il a 72 ans et se sent prêt à repartir n’importe quand.

« C’est comme un défi que je me suis fait », confie-t-il au journal avant de prendre une gorgée de café dans un restaurant de Rivière-Rouge. M. Smith est né à Gaspé et il garde encore cet accent typique de la pointe gaspésienne. « J’ai vu Dave Morrissette qui a fait Compostelle et je me suis dit que j’allais faire le mien au Québec, d’ici à Gaspé, en vélo. Ça m’aura pris 24 jours ».

Austin Smith, selon ses calculs, a pédalé 1 208 km du 9 juin au 4 juillet. Un approximatif, car malgré un odomètre à son guidon, il avoue ne pas avoir compris le fonctionnement de celui-ci. De Nominingue, sa fille lui indiquait les sites de camping sur sa route à la fin du jour via son téléphone. Parfois, c’était trop loin. Une solution sur-le-champ s’imposait. « J’ai couché sur des bancs de parc, prêt à partir au cas où la police me demanderait de partir, dans des fonds de stationnement et à une table d’un Tim Hortons la nuit quand il n’y a pas de clients ».

Le voyageur se levait dès l’aurore et mettait un terme à sa journée vers 16h. Comme tout le temps lui est permis, il s’est parfois arrêté à tel endroit pour une journée qu’il appréciait. Parti avec plus de 700$ en poche pour les dépenses d’hébergement et nourriture, il est revenu avec près de 300$.

Il explique : « J’ai compris pourquoi on dit que les gens là-bas sont généreux et accueillants: je n’ai pas eu à payer beaucoup de repas. Comme on me voyait seul à mon âge, me disant que j’étais courageux, on m’offrait le repas dans les cantines ».

Revoir de vieilles connaissances

Des souvenirs, il en a cultivé durant le périple. À un certain moment lorsqu’il a manqué d’eau, il a pris son courage pour aller cogner à une maison un peu isolée. « J’ai cogné et une femme a entrouvert la porte et j’ai vu qu’elle avait une carabine. «Que voulez-vous?» Je lui ai raconté ce que je faisais et que je manquais d’eau. Elle m’a invité à l’intérieur et m’a dit: «Vous savez, on ne sait jamais ce qui peut arriver.» »

Des rencontres, il en a fait : des cyclistes qui faisaient le tour de la péninsule et avec qui il a partagé des kilomètres, mais aussi une rencontre inattendue qui sera gravée dans sa mémoire. Jeune à Gaspé, explique M. Smith, il y avait un couple de commerçants où il allait souvent pour des friandises et autres. Voilà qu’il a rencontré ceux-ci à Cap-des-Rosiers pendant une pause. Des souvenirs s’échangent et des photos sont prises. Le couple est nonagénaire.

Bref, du bon temps, il en a connu Austin Smith.

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

  • Courriel