Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
12 juillet 2019

Lancement du deuxième tome de «L’héritage du clan Moreau»

Une romancière de calibre international à Sainte-Anne-du-Lac

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

Carole Giroux (à gauche) en compagnie de l’auteure Colette Major-McGraw (photo: Murielle Yockell – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Carole Giroux (à gauche) en compagnie de l’auteure Colette Major-McGraw (photo: Murielle Yockell – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 30 juin dernier, Colette Major-McGraw, auteure de cinq romans québécois vendus à des milliers d’exemplaires au Québec, en France, en Suisse et en Belgique, était de passage à la pourvoirie Constantineau pour le lancement de «Raoul», dernier roman du dyptique «L’héritage du clan Moreau».

La romancière répondait à l’invitation de son amie Carole Giroux nouvellement installée au camping de la pourvoirie. Le lancement se déroulait dans le cadre d’une journée spécialement dédiée aux femmes (manucure, coiffure, massage, bijoux, produits de beauté et autres petites gâteries) qu’avait organisée cette même amie.

Le style d’écriture de Colette Major-McGraw, originaire de Sainte-Agathe-des-Monts, a rejoint rapidement le marché international. Aujourd’hui à la retraite, celle-ci était employée civile aux télécommunications (centrale 911) ainsi qu’à l’Escouade des Mœurs à la Sûreté du Québec pendant près d’une quinzaine d’années. Sa grande polyvalence et sa facilité d’adaptation l’ont amenée à relever de nouveaux défis dans les régions des Laurentides, de Lanaudière et de la Montérégie.

«Dans ce temps-là, il n’y avait pas de femmes policières; je travaillais comme “matrone” avec les policiers», précise l’auteure («matrone»: femme qui accompagnait les détenues pendant leurs déplacements en dehors du milieu carcéral, ndlr).

Avant de prendre sa retraite, elle a exploité, avec son conjoint, un commerce automobile; participé à la remontée d’une compagnie informatique au Nouveau-Brunswick , puis a ouvert «Le premier café internet des Maritimes» en 1996.

2011, année du succès

Pendant toutes ces années, l’écriture occupait sans cesse ses pensées. C’est finalement en 2011 qu’elle lance «Le vieil ours», premier livre d’une trilogie qui raconte l’histoire d’une famille de Sainte-Agathe-des-Monts sur une période de 30 ans. Cette série intitulée «Sur les berges du lac Brûlé» a été publiée par Guy Saint-Jean éditeur.

«La partie la plus difficile pour un auteur est de se trouver un bon éditeur; seulement 2% des auteurs sont édités. Depuis que j’ai signé avec cet éditeur, tout va très bien et je suis entourée d’une très belle équipe. À partir du moment où j’ai écrit cette trilogie qui s’est vendue à 25 000 exemplaires, je me suis dit: “ça y’est! ” Je raconte l’histoire d’Hector, Raoul et de leur sœur Doris. Les gens ont adoré! Hector en est à 10 000 exemplaires vendus. Les livres Hector et Raoul viennent de sortir en format audionumérique aux éditions Vues et Voix à Montréal avec la voix de la comédienne Marie-Josée Longchamps.»

Conçus en premier lieu pour les non-voyants, de plus en plus de gens écoutent des livres audio. «Un camionneur m’a écrit récemment pour me dire qu’il adorait ce style de livres.» Même s’il elle avait pu faire elle-même la version audio de ses deux livres, le manque de temps et sa volonté de se consacrer à l’écriture l’ont emportée sur cette décision. «J’ai d’ailleurs un nouveau livre qui devrait sortir en janvier 2020. Cela demande quand même beaucoup lorsqu’on veut faire la promo, les salons du livre et l’écriture; on est obligé de se restreindre quelque part.»

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel