Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 juillet 2019

Projet de revitalisation du centre-ville

La Ville confirme les travaux pour l’été 2020

Kathleen Godmer , journaliste

Le maire, Daniel Bourdon, accompagné des deux conseillères Gabrielle Brisebois et Hélène Brière, a procédé à l’annonce confirmant le début des travaux de la phase un du projet de revitalisation du centre-ville pour l’été 2020 (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Le maire, Daniel Bourdon, accompagné des deux conseillères Gabrielle Brisebois et Hélène Brière, a procédé à l’annonce confirmant le début des travaux de la phase un du projet de revitalisation du centre-ville pour l’été 2020 (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

La Ville de Mont-Laurier a confirmé, le 4 juillet dernier, que les travaux du projet de revitalisation du centre-ville débuteront à l’été 2020. Ceux-ci s’étaleront sur plus ou moins 16 semaines et se feront finalement au coût de 8 M$.

La nouvelle version du projet, qui a été présenté le 27 novembre dernier, a été bien reçue par le conseil qui désirait jouer de prudence quant au coût de celui-ci. Par souci de transparence, le conseil municipal souhaite maintenant informer la population de ce que devient le projet.

Au départ, la totalité du projet présenté était estimée à environ 12 M$, mais a vu ses coûts de réalisation grimper lors des évaluations faites ces derniers mois, pour atteindre 14 068 550$.

En refaisant évaluations et calculs, la Ville a aussi appris que la contribution gouvernementale de 4 M$, versée dans le cadre du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ) ne pouvait pas être admissible à 100% dans le projet.

«La TECQ a des normes émises par les gouvernements et c’est suite à un son de cloche de notre service financier que le conseil a réalisé qu’il devait vraiment s’assurer que le projet était viable et qu’il répondait à tout ce qui était demandé», a mentionné le maire, Daniel Bourdon, après deux rencontres avec des sous-ministres pour voir ce qui pouvait être fait.

Tenant compte de cette nouvelle réalité, on a donc décidé d’adapter le projet en le divisant et en mettant l’accent sur une première phase. De nouvelles rencontres et négociations ont eu lieu et le projet, qui sera à plus petite échelle, environnera les 8 097 000$ afin de respecter la capacité financière de la Ville.

Hydro-Québec

Pour pouvoir modifier le projet et le séparer en différentes phases, il fallait avoir l’accord d’Hydro-Québec et voir avec la société d’État si elle acceptait de faire l’enfouissement même si le projet n’était pas fait en totalité. Il est important de mentionner que si la Ville ne faisait pas le projet et n’investissait pas au centre-ville, Hydro-Québec, en tant que partenaire, lui réclamait, en participation, des frais de 800 000$.

Ce qui sera fait

Les travaux sur la rue de la Madone seront réalisés entre la rue Chasles et la rue du Pont. La portion de la rue du Pont qui sera revitalisée ira maintenant de la rue de la Madone vers le pont Reid afin de mettre en valeur ce secteur plus touristique, dont on souhaite voire l’achalandage augmenter.

Déjà, en novembre dernier, le directeur général, François Leduc, avait expliqué que la nouvelle proposition sauvait des coûts tout en mettant l’accent sur une zone plus touristique de la ville et que rien de ce qui avait été présenté sur le plan des infrastructures ne serait changé, qu’il était simplement question de remettre à plus tard certaines parties du projet.

Les travaux prévus se feront au niveau des égouts pluviaux et sanitaires ainsi que de l’aqueduc (qui engendrera une taxe de secteur), de l’enfouissement du réseau câblé, des trottoirs élargis, de l’éclairage, de la foresterie urbaine et du mobilier et reconfiguration du stationnement, pour ne nommer que ça.

Financement

La décision de modifier le projet a été prise en tenant compte des autres projets d’envergures projetés par la Ville (piscine, aéroport, voie d’accès au Parc industriel, bibliothèque, station d’épuration des eaux usées…) et dans l’objectif de respecter la capacité financière de la Ville qui ne veut pas en venir à faire payer encore plus ses citoyens.

Le 8 M$ sera financé de la manière suivante: la participation d’Hydro-Québec pour 2,4 M$, pour la TECQ, on parle de 1 574 000$ (plus les frais professionnels) et la part de la Ville sera de 3 962 829$.

Maintenant que l’annonce est officiellement faite, certaines étapes restent à franchir, notamment la réalisation des plans et devis finaux du projet ainsi que le lancement du processus d’appel d’offres pour les entrepreneurs. En parallèle, la Ville travaillera de concert avec le comité centre-ville pour planifier les actions à mettre en place afin de minimiser les impacts de l’exécution des travaux sur l’accessibilité aux commerces et assurera une saine gestion des communications en aval du début des travaux et pendant ceux-ci.

Voici le secteur où les travaux seront effectués (photo: gracieuseté – Ville de Mont-Laurier).

Galerie de photos

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel