Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
19 juin 2019

De la patinoire de Val-Barette à la Ligue de hockey junior majeur du Québec

Thomas Côté, 16 ans, repêché parles Foreurs de Val-d’Or

Hélène Desgranges , pigiste

Après avoir donné ses premiers coups de patins à la patinoire de Val-Barette, s’être entraîné dès qu’il en avait l’occasion au Dôme Uniprix de Lac-des-Écorces et sous le toit de la patinoire de Notre-Dame-du-Laus, Thomas Côté, 16 ans, rejoint les Foreurs de Val-d’Or. Ce jeune homme qui passe ses étés au camping de son père, à Notre-Dame-du-Laus, veut absolument remercier les municipalités d’ici qui encouragent le hockey dans leur localité.

Décrit par son père comme un jeune homme humble, Thomas Côté qui rejoint maintenant la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) n’a que des bons mots pour les municipalités des Hautes-Laurentides qui favorisent la pratique du hockey en améliorant sans cesse leurs installations. Malgré sa fierté d’atteindre un si haut niveau, c’est ce message qui est important pour lui surtout depuis que son oncle, Jean-Marc Constantineau, qui a aidé le projet de toit sur la patinoire de Notre-Dame-du-Laus, est décédé. Thomas veut souligner que ce sont des gens comme lui qui ont fait en sorte qu’il puisse apprendre à patiner et continuer de s’entrainer chaque fois qu’il était dans la région.

Thomas et son père, Jacquelin Côté, sont encore emplis d’émotions lorsqu’ils racontent l’aventure de repêchage qu’ils ont vécue en famille le 8 juin dernier au Centre Vidéotron de Québec. Repêché à la 9e ronde en plus de vivre les célébrations du 50e anniversaire de la ligue junior majeure du Québec, le père de Thomas raconte que son fils, de plus en plus nerveux, a dit à un certain moment:«Pour moi, ça marchera pas». Il semblait être le seul à douter! Sa famille connaît son talent.

Bien qu’il ait grandi à Gatineau, puisque l’entourage de Thomas habite les Hautes-Laurentides de Val-Barette à Notre-Dame-du-Laus, le jeune homme de 16 ans qui vient de mettre le pied dans la cour des grands, est une inspiration pour bien des enfants de la région qui lui posent beaucoup de questions lorsqu’ils le voient si bien jouer sur les patinoires d’ici. Jacquelin, le père de Thomas reprend les mots qu’il a souvent entendus sortir de la bouche de son fils: «Le Dôme Uniprix ou le toit de la patinoire de Notre-Dame-du-Laus valent autant qu’un aréna».

Thomas, qui est décrit comme un jeune homme travaillant, respectueux, avec une bonne étique de travail démontre que ces qualités priment sur tout le reste. On peut lire sur la page des Foreurs de Val-D’or que le dépisteur en chef de l’équipe, Richard Liboiron, croit que Thomas apportera le «papier sablé» aux Foreurs. Le jeune homme a du cœur au ventre et n’a pas peur: il désire avoir un impact direct avec les Foreurs.

Pour Thomas, c’est une fierté de porter le logo de cette équipe et il le désirait très fort. Tout se jouait pour lui entre Drummondville et Val d’Or et choisi par ce regroupement, c’est avec fierté qu’il portera le logo qui lui rappelle le passé de son défunt grand-père maternel, qui travaillait dans les mines de l’Abitibi. Ce dernier était d’ailleurs, en photo, sur son cœur, lors du repêchage alors que la lignée paternelle partageait sa nervosité et ses battements de cœur à Québec le 8 juin dernier.

Thomas, qui portait le numéro 71 des Intrépides de Gatineau espère pouvoir avoir le 10 de son idole, Guy Lafleur. «Je l’ai rencontré souvent pour des signatures et à dix ans, il m’a dit de ne jamais lâcher». Thomas souligne qu’il l’a écouté. Maintenant qu’il a rencontré toute la «famille» des Foreurs au Centre Vidéotron de Québec, il est heureux d’avoir mis le pied dans cette belle organisation dont l’encadrement le sécurise et il est prêt à travailler très fort pour s’y faire une place. Entre le Midget espoir et la LHJMQ, il y a eu les patinoires des Hautes-Laurentides. Lorsque Thomas y remettra les pieds l’hiver prochain, souhaitons-lui de porter le numéro 10.

Partager:

Hélène Desgranges , pigiste

  • Courriel