Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:

Délits à caractère sexuel et autres infractions criminelles

Sept mois d’emprisonnement pour un homme de Mont-Laurier

Gilles C. Poirier , pigiste judiciaire

Un homme de 22 ans de Mont-Laurier faisait face à 18 chefs d’accusation en matière de délits à caractère sexuel, de bris de probation, de bris d’engagement, de menaces, et de fabrication de bombes artisanales. Il a plaidé coupable, le 14 mai dernier au palais de Justice de Mont-Laurier, à certains chefs d’accusation et un arrêt conditionnel a été prononcé pour les autres chefs d’accusation. La juge Dominique Larochelle a imposé des peines d’emprisonnement consécutives totalisant sept mois.

En décembre 2018, l’accusé, en état d’ébriété, a eu des contacts sexuels avec un enfant mineur et a incité deux autres enfants mineurs à le toucher. Les trois victimes étaient âgées de moins de 10 ans. Après avoir plaidé coupable aux accusations d’agression sexuelle portées contre lui, un arrêt conditionnel a été prononcé sur ces accusations.

Il a été condamné à quatre mois d’emprisonnement, à une probation de trois ans. Il devra fournir un échantillon d’ADN, son nom sera inscrit à perpétuité dans le registre des délinquants sexuels et il lui sera interdit de posséder des armes pendant une période de 10 ans.

Pendant sa probation, il sera soumis à plusieurs conditions, entre autres, ne pas être en présence de mineurs sauf en présence d’un adulte, ne pas utiliser Internet ou tout autre réseau numérique dans le but de communiquer avec une personne de moins de 16 ans, de se trouver sur un terrain d’école, garderie ou terrain de jeux où il pourrait y avoir des personnes âgées de moins de 16 ans.

Il devra, dans les deux jours suivant sa sortie de prison, se rapporter à un agent de probation et suivre ses directives, notamment concernant toute thérapie relative à une problématique de toxicomanie et d’agresseur sexuel pendant une période de deux ans.

Autres infractions criminelles

L’homme a proféré, en mai 2019, des menaces de mort à un membre de sa famille à la suite d’une discussion très animée sur ses délits sexuels. La juge Larochelle lui a imposé une peine d’emprisonnement additionnelle d’un mois. Un mois d’emprisonnement a également été imposé pour des bris d’engagement et bris de probation et il a également été condamné à un autre mois pour fabrication de bombes artisanales entre avril et juillet 2018.

Les contacts sexuels ayant eu lieu dans le cercle familial, le nom de l’accusé et certains détails n’ont pas été mentionnés afin de respecter l’ordonnance de non-publication visant à ne pas identifier les victimes.

Partager:

Gilles C. Poirier , pigiste judiciaire

  • Courriel