Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
5 mai 2019

Kassandra Venne

La détermination d’aller toujours plus loin

Kathleen Godmer , journaliste

Courir pendant 30 heures, à relais, sans arrêt, sur 270 km; c’est le défi que Pierre Lavoie lance aux étudiants et c’est ce que Kassandra Venne, 15 ans, a réalisé en mai dernier, malgré le fait qu’elle souffre d’une scoliose dorsale déviant d’une trentaine de degrés qui lui cause beaucoup de douleur lors d’efforts physiques. Pour elle quand on veut vraiment on peut.

Originaire de Mont-Laurier, la jeune fille est en 3e secondaire à la Polyvalente St-Joseph et a de très bonnes notes. Elle adore le dessein et la lecture. Sage, réfléchie et pleine de détermination dans toutes les sphères de sa vie, Kassandra aimerait beaucoup devenir technicienne vétérinaire, mais comme elle dit elle-même :«On ne sait jamais ce que la vie nous réserve, tout peut changer en cours de route».

«On m’a toujours dit qu’il n’y a rien d’impossible. Je me suis dit que je pouvais le faire et je voulais repousser mes limites. J’ai adoré l’expérience et je suis vraiment fière de l’avoir fait. J’ai reçu une éducation qui met de l’avant la politesse, le respect, la détermination et j’essaie d’être comme ça», a confié Kassandra, pleine de sagesse pour son jeune âge.

La préparation pour le défi lui a demandé de la préparation. Deux fois par semaine, elle devait s’entrainer. Course, marche, sprint et même préparation psychologique, tout y a passé. Malgré la douleur et les problèmes de dos, hanches, genoux et pieds, la jeune fille a tenu bon. Elle a avoué qu’après un certain temps, elle avait plus de facilité à endurer la douleur.

«Le défi est comme une grande bouffée d’adrénaline. L’ambiance est super, c’est un peu comme une grosse fête. Tout le monde est heureux et on s’encourage tous. Ce n’est pas une compétition, c’est un défi à relever pour soi-même. Moi, je suis vraiment fière. Je ne pensais pas me rendre jusque-là. À un moment donné, ça devient difficile, car la douleur et la fatigue embarquent, mais au bout, le soulagement et le bonheur de l’avoir fait prennent toute la place», a raconté la jeune fille (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel