Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
23 mai 2019

Diagnostic territorial de la MRC d’Antoine-Labelle

AD Vision dévoile son sondage fait auprès des 15-35 ans

Kathleen Godmer , journaliste

La consultation de 15-35 ans par AD Vision a permis à la MRC de faire plusieurs constats. Entre autres, 29% des jeunes souhaiteraient davantage d’activite?s sociales dans la région.
La consultation de 15-35 ans par AD Vision a permis à la MRC de faire plusieurs constats. Entre autres, 29% des jeunes souhaiteraient davantage d’activite?s sociales dans la région.

AD Vision a dévoilé, le 16 mai dernier, le diagnostic territorial de la MRC d’Antoine-Labelle (MRCAL) qui a soulevéplusieurs constats à l’endroit de la population âgée de 15 à 35 ans. Depuis 15 ans, un solde migratoire négatif de cette catégorie d’âge s’observe, principalement dû à l’exode des jeunes vers les grands centres. La MRCAL fait face à plusieurs enjeux au niveau, notamment, de la rétention, de la formation, de l’emploi et de la relève.

Léger a menéun sondage web auprès de 477 jeunes résidents de la MRC d’Antoine-Labelle âgés de 15-35 ans. Ces derniers ont reçu une invitation de la part de la chargée de projet Développement et aménagement du territoire de la MRC. Afin d’encourager la participation des répondants, un concours était jumeléà la complétion du questionnaire. La base de données finale a étépondérée selon le sexe, l’âge et le secteur de résidence des répondants.

«La stratégie jeunesse de la MRC d’Antoine-Labelle porte le nom d’AD Vision. Il s’agit d’une démarche de participation citoyenne, s’adressant aux jeunes de 15 à 35 ans, demeurant sur le territoire de la MRCAL, qui s’est échelonnée du 29 janvier au 12 avril 2019. Cette démarche poursuivait plusieurs objectifs généraux: impliquer les jeunes de 15 à 35 et connaître leurs opinions, leurs enjeux, leurs intérêts et leurs besoins afin d’évaluer comment la MRC pourrait intégrer ces informations à ses divers processus de prise de décision, pour que les jeunes contribuent au développement de leur collectivité; adapter les services et les façons de faire pour qu’ils correspondent mieux aux jeunes afin de développer chez eux un sentiment d’appartenance dans le but de les retenir et d’en attirer davantage dans la région», a expliqué Myriam Gagné, directrice générale adjointe de la MRC.

Occupation, formation et carrière

Près de quatre jeunes de la région sur dix travaillent à temps plein (38%). Au total, 43% sont étudiants à temps plein (29%), aux études et au travail à temps plein (3%) ou à temps partiel (11%). 89% des jeunes travailleurs à temps plein sont satisfaits de leur emploi tandis que 10% ne le sont pas.

Pour plus de la moitiédes répondants, il est important que l’emploi choisi soit stimulant et intéressant (63%), qu’il offre un bon salaire (55%) et que l’horaire de travail favorise la conciliation travail-vie personnelle (52%).

Environ quatre jeunes sur dix (42%) sont intéressés par l’entrepreneuriat. 2% ont me?me déjà eu leur propre entreprise et 7% en ont une présentement. Presque la moitié(48%) des répondants considère le financement comme une des principales difficultés du démarrage ou de l’acquisition d’une entreprise.

Aux yeux des interrogés, le secteur du tourisme (79%) est de loin le plus prometteur pour le développement de la région, suivi par la technologie verte et le développement durable (47%) ainsi que l’agriculture (46%).

Un peu plus de la moitié(52%) des jeunes ont quittéla région pour poursuivre leurs études à partir du niveau secondaire. 85% de ceux qui sont allés poursuivre leurs études à l’extérieur de la région l’ont fait parce que le programme dans lequel ils souhaitaient s’inscrire n’y était pas disponible.

Habitation

46% des jeunes interrogés habitent toujours chez leurs parents ou chez un membre de leur famille. Selon 63% des jeunes de la MRC d’Antoine-Labelle, il est relativement facile d’acheter une propriétérésidentielle dans la région.

Pour 62%, la proximitéde la nature est un des trois critères les plus importants dans le choix d’une habitation. Viennent ensuite la proximitédes services (51%) et le besoin d’avoir un grand terrain (48%).

Appréciation de l’offre de services

Les jeunes résidents de la MRC sont moyennement satisfaits de l’ensemble des services qui leur sont offerts, ces derniers leur ayant attribuéune note moyenne de 6,1 sur 10.

La catégorie de loisirs la plus populaire est la pratique d’activités de plein air (58%), surtout chez les résidents du secteur de La Rouge (69%) et les 25-35 ans (64%).

Plus du quart des répondants souhaiteraient que davantage d’activités sociales (29%) et culturelles auxquelles ils pourraient assister (27%) soient disponibles dans la région. Ils souhaitent d’abord que leur milieu investisse davantage dans les infrastructures sportives (33%), puis dans le développement d’une meilleure offre commerciale (30%) et dans l’offre culturelle (29%).

Une offre commerciale qui privilégie la consommation locale intéresse beaucoup les jeunes interrogés (note moyenne de 8,1 sur 10).

Implication citoyenne et sentiment d’appartenance

38% des répondants habitent la région depuis 20 ans ou plus, pour une moyenne de 17 ans. à ceux qui sont établis dans la région depuis moins de douze ans, on a demandéquelle était la principale raison de venir s’y établir. Plus du quart ont mentionnés’être installés dans la région pour la nature et la qualitéde vie (27%) et pour suivre son conjoint (26%). 78% des répondants recommanderaient à leurs amis de venir s’établir dans leur municipalité. La proximitéde la nature est au cœur de la fiertédes jeunes de la MRC, car c’est l’élément qui rend 62% d’entre eux le plus fier.

Environ un répondant sur quatre a mentionnéle manque d’attraits et d’activités à faire (27%) et le manque d’emplois pour des professionnels (23%) comme éléments qu’il apprécie le moins. Ils sont d’avis que des activités de loisirs et culturelles diversifiées et accessibles à tous (55%), l’emploi et le soutien à l’entrepreneuriat (48%), l’environnement et le développement durable (45%), sont les enjeux à traiter en prioritépour améliorer la qualitéde vie de la région.

38% des jeunes interrogés envisagent quitter la région dans les cinq prochaines années. Pour 45% d’entre eux, c’est dans le but de poursuivre leurs études et 30% pour le travail.

«Je crois que ce qu’il faut retenir de tout ça c’est que les jeunes apprécient lorsqu’on les consulte, qu’ils sont fiers de leur région, qu’ils sont prêts à s’investir dans la communauté lorsqu’on leur en donne l’occasion et que ce type de démarche peut faire naître de très belles idées pour améliorer notre milieu, et ce, à plusieurs niveaux», a mentionné Mme Gagné.

«Il y a un enjeu qui est sorti de façon systématique dans toutes les consultations: les jeunes souhaitent qu’une structure soit mise en place afin qu’ils puissent se faire entendre auprès des élus et qu’ils aient un pouvoir d’influence sur les décisions qui les concernent dans la région». – Myriam Gagné, directrice générale adjointe de la MRC

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel