Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
18 mai 2019

Nicole Labelle

Quand la passion fait oublier les problèmes

Kathleen Godmer , journaliste

Une résidente de Mont-Laurier, Nicole Labelle, a passé plus de neuf ans à construire minutieusement une maquette du célèbre Titanic. Le plaisir de l’activité, le défi à relever, mais surtout la chance d’oublier ses problèmes le temps d’un moment, l’ont motivé à mener à terme ce projet.

Originaire de Mont-Saint-Michel, Mme Labelle a vécu pendant plusieurs années dans la région de Terrebonne. Suite à de graves problèmes de santé, elle décide de revenir vivre dans sa région natale. «J’ai 68 ans, je vis seule et j’ai eu de grosses épreuves. Même si j’ai de bons amis et d’excellents voisins, j’avais besoin de m’occuper les mains et surtout l’esprit», a confié la femme.

Ayant toujours eu un intérêt pour l’histoire du Titanic et voyant à la télévision une publicité sur des fascicules servant à réaliser une maquette du légendaire bateau, Mme Labelle décide de les commander. Lorsqu’elle reçoit sa première commande avec un cahier et seulement deux morceaux, elle comprend qu’elle s’embarque dans un projet à long terme et décide d’y aller à fond. «À huit dollars par fascicule à toutes les semaines, plus la peinture, la colle et tout le reste, pour une femme comme moi sur l’aide sociale, c’était beaucoup. J’ai quand même décidé de le faire. Oui, de le faire pour moi, pour me changer les idées et ça m’a vraiment aidé», a expliqué Mme Labelle.

Même si certaines personnes trouvaient le thème du Titanic dépassé ou négatif, Mme Labelle, pour sa part, se sentait très interpellée par le sujet et son projet est devenu pour elle une passion. «Le plus important là-dedans, c’est tout le travail et le temps que j’y ai mis, en plus du bien que ça m’a fait. Ça m’a pris neuf ans et demi, à environ six heures par semaine», a raconté Mme Labelle fière de son accomplissement.

tt

bas de vignette
«Au début, je travaillais dans ma cuisine sur une toute petite table avec peu d’éclairage. Si j’échappais un morceau, j’avais bien de la misère à le retrouver parce qu’avec l’état et la couleur du plancher, je ne les voyais plus, ils sont tellement petits. Je travaillais des fois jusqu’à deux heures du matin. J’aimais ça et j’étais vraiment embarquée», a raconté Mme Labelle.

Pour l’instant, Mme Labelle ne prévoit pas se lancer dans un autre projet. Elle a bien vu passer une possibilité de maquette ayant comme thème un célèbre avion, mais non, ça ne titille pas son intérêt. «Là, l’été arrive et moi, l’été c’est la pêche. Je commence à l’ouverture avec la pêche à la petite truite et j’y passe mon temps jusqu’en septembre. Ça, c’est mon sport préféré, ma petite activité d’été avec aussi mon petit jardin», a conclu la dame avec un large sourire (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Galerie de photos

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel