Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
10 mai 2019

Polyvalente St-Joseph de Mont-Laurier

Un projet de la Fondation Jasmin Roy offert aux jeunes

Kathleen Godmer , journaliste

L’enseignant Pierre-Luc Bélisle a lui-même participé à l’atelier de réalité virtuelle qu’est venu présenter la Fondation Jasmin Roy en collaboration avec l’Institut Pacifique (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
L’enseignant Pierre-Luc Bélisle a lui-même participé à l’atelier de réalité virtuelle qu’est venu présenter la Fondation Jasmin Roy en collaboration avec l’Institut Pacifique (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Un groupe de jeunes de la polyvalente St-Joseph a eu la chance, le 1er mai dernier, de participer à l’activité Les Ateliers 360 présentée par la Fondation Jasmin Roy en collaboration avec L’Institut Pacifique. Lors de l’événement, la réalité virtuelle a permis d’aborder des sujets comme l’intimidation et la violence.

Ce qu’il faut retenir

Le projet a vu le jour grâce à un partenariat entre la Fondation Jasmin Roy, l’Institut Pacifique et l’Université de Sherbrooke. L’activité Les Ateliers 360 a été mise en place dans le but d’utiliser la réalité virtuelle pour susciter l’empathie et la prise en compte de l’autre dans des situations conflictuelles, de violence et d’intimidation afin de créer un apprentissage significatif, intégré et durable.

Les objectifs de l’atelier sont de mettre en place un espace de discussion avec les élèves afin de stimuler la réflexion et les échanges concernant la mise en place de conditions favorisant les apprentissages sociaux et émotionnels dans l’environnement scolaire. On veut aussi favoriser l’adoption de saines habitudes de vie émotionnelles et relationnelles chez les élèves.

Le projet se déplace partout dans les différentes écoles du Québec et des autres communautés francophones. L’activité servira aussi à documenter les effets et la faisabilité de l’utilisation à grande échelle de la technologie de la réalité virtuelle auprès des élèves du secondaire.

Ce qu’ils ont dit

«C’est après avoir entendu parler des Ateliers 360 que je me suis dit que ça pourrait aider les élèves d’ici. Même si on est en région, on n’échappe pas à la violence et à l’intimidation, c’est une réalité omniprésente dans le milieu scolaire. Les jeunes qui participent à l’atelier ont été présélectionnés et on espère qu’ils repartiront avec de bons outils qu’ils pourront appliquer tous les jours». – Pierre-Luc Bélisle, enseignant

«On est venu faire de la réalité virtuelle à travers laquelle on va passer du contenu pour les ados. On va parler de différents thèmes comme la colère, la résolution de conflits, les émotions, l’intimidation, la violence verbale. Avec chaque capsule vidéo en réalité virtuelle, on va leur transmettre différents apprentissages sociaux émotionnels». – Agustina, animatrice rattachée à l’Institut Pacifique

Faits saillants

C’est l’enseignant Pierre-Luc Bélisle qui a eu l’idée de faire venir les Ateliers 360 afin d’offrir à un groupe d’élèves des outils pour faire face à la violence et à l’intimidation.

L’activité Les Ateliers 360 consiste en une animation dans laquelle quatre capsules vidéo en réalité virtuelle sont présentées aux élèves. Deux animatrices provenant de l’Institut Pacifique, qui sont familières avec la réalité virtuelle et les apprentissages sociaux émotionnels (ASÉ), prennent en charge le visionnement des vidéos ainsi que la discussion qui suit sur différentes compétences liées à la prévention de la violence et de l’intimidation.

L’animation se déroule en trois temps: une mise en contexte, puis, en alternance, le visionnement d’une vidéo, qui est suivi d’une discussion et finalement un retour sur l’expérience.

À travers l’atelier, de grandes thématiques comme la violence, l’intimidation, l’influence des pairs, l’ouverture à la différence, l’empathie, la normalité de la colère, les réactions inadéquates, les réactions défensives, la résolution de conflits, pour ne nommer qu’elles, sont abordées et expliquées aux jeunes qui pourront ensuite les appliquer dans leur propre réalité.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel