Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 mai 2019

Chambre de commerce et Femmessor

Affaires au féminin, une rencontre valorisante

Kathleen Godmer , journaliste

Nathalie Sigouin, porte-parole de l’événement, Anne-Virginie Schmidt, Préscillia Pilon, Gabrielle Ducharme, directrice générale de la Chambre de commerce, Élisabeth Laurin, Louise St-Arnaud et Vicky Marchand de Femmessor (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Nathalie Sigouin, porte-parole de l’événement, Anne-Virginie Schmidt, Préscillia Pilon, Gabrielle Ducharme, directrice générale de la Chambre de commerce, Élisabeth Laurin, Louise St-Arnaud et Vicky Marchand de Femmessor (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Un dîner-conférence s’est tenu, le 25 avril dernier, au Cœur immaculé de Marie. Une cinquantaine de femmes, évoluant dans le milieu de l’entrepreneuriat, était présente à la rencontre organisée par la Chambre de commerce de Mont-Laurier en collaboration avec Femmessor.

Ce qu’il faut retenir

L’événement en était à sa troisième édition cette année et quatre panellistes, toutes des femmes d’affaires accomplies et bien connues de la communauté des affaires, étaient invitées à venir partager leur expérience dans le milieu entreprenarial.

L’objectif de l’événement est, année après année, d’offrir aux femmes du milieu des affaires inspiration, motivation, partage d’expérience, outils et, par le fait même, de se créer un réseau de contacts.

Les conférencières invitées ont toutes comme but de partager leur cheminement, mais aussi de stimuler l’entrepreneuriat féminin.

Ce qu’elles ont dit

«J’ai assisté, dernièrement, au colloque Femmessor et c’est tellement motivant, ça augmente la confiance en soi. C’est une belle façon de se nourrir en tant qu’entrepreneure et c’est ce qu’on veut proposer avec notre dîner-conférence». – Gabrielle Ducharme, directrice générale de la Chambre de commerce de Mont-Laurier

« Dans un projet comme celui-là, le premier objectif est de faire connaître Femmessor qui, oui, offre du financement, mais aussi de l’accompagnement, un point qui est très important. Je veux aussi montrer toute l’admiration que Femmessor a pour les femmes entrepreneures, c’est très fort. En animant un panel comme ça, je suis peut-être capable de démontrer un petit peu l’humanité derrière le financement». – Vicky Marchand, directrice régionale de Femmessor pour la région des Laurentides

«Chaque année, lors du dîner-conférence, il y a des gens qui me disent: “Moi, je ne me sens pas femme d’affaires”. Je pense que c’est important de laisser beaucoup de place pour la reconnaissance afin que ces femmes puissent être fières de ce qu’elles sont, pour qu’elles réalisent l’impact qu’elles ont dans la communauté». – Nathalie Sigouin, porte-parole de l’événement

Faits saillants

Le dîne-conférence était l’occasion pour les femmes d’affaires de s’inspirer du parcours unique et de la détermination de quatre panélistes et de la porte-parole de cette troisième édition.

Porte-parole de l’événement pour une troisième année consécutive, Nathalie Sigouin, de N. Sigouin Infra-conseils, fait partie des premières femmes au Québec à lancer une firme d’ingénierie. Elle a été coprésidente d’honneur du Colloque Femmessor en 2018 et porte-parole des éditions 2017 et 2018 d’Affaires au Féminin. Mme Sigouin a comme objectifs de faire rayonner les femmes dans le monde des affaires et les inciter à occuper la place et le titre qui leur revient de droit.

Préscillia Pilon, de Vrac&Co, voit présentement son entreprise vivre une croissance fulgurante. Seule épicerie écologique Zéro Déchet 100% en vrac de la région, son chiffre d’affaires s’est vu quadrupler en seulement deux ans. Fervente défenseure du mode de vie Zéro Déchet, Mme Pilon en est à sa 7e conférence sur le sujet.

Anne-Virginie Schmidt, copropriétaire d’Api-Culture Hautes-Laurentides (Miels d’Anicet et produits Mélia), est une CPA qui a quitté la ville pour concrétiser ses ambitions et par amour des abeilles. À ses débuts, la miellerie avait une exploitation qui affichait un chiffre d’affaires de 20 000$; plus récemment, elle a dépassé les 2 M$. L’entreprise de Ferme-Neuve conditionne, commercialise et vend tout son miel elle-même.

Louise St-Arnaud, des serres Frank Zyromski à Rivière-Rouge, a été récipiendaire de nombreux prix. Les Serres Frank Zyromski sont reconnues comme chef de file pour la propagation de différentes boutures. L’entreprise à particulièrement à cœur le bien-être de ses employés et mise beaucoup sur des programmes comme «Des exercices pour une meilleure santé musculaire», mis en place par Mme Saint-Arnaud elle-même afin d’améliorer leur qualité de vie en milieu de travail.

Élisabeth Laurin, architecte associée de PLA architectes, a complété ses études en architecture à l’Université de Montréal. Après avoir développé son expertise dans une firme montréalaise, elle a décidé de revenir en région pour démarrer sa firme. Association, fusion et expansion se sont donné rendez-vous et la firme compte présentement cinq architectes, un bachelier, trois technologues et une adjointe administrative.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel