Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
5 mai 2019

À l’Espace Théâtre le 18 mai

«Une défaite cache un moteur de changement» – Marie-Mai

René-Pierre Beaudry - Info Nord

Après avoir conquis près de 2 millions de spectateurs en tournée et en festival, Marie-Mai est de retour sur scène avec sa fougue et son énergie (photo: Patrick Beaudry).
Après avoir conquis près de 2 millions de spectateurs en tournée et en festival, Marie-Mai est de retour sur scène avec sa fougue et son énergie (photo: Patrick Beaudry).

En tournée à travers le Québec depuis le jour de la Saint-Valentin, Marie-Mai s’arrêtera à l’Espace Théâtre de Mont-Laurier le 18 mai à 20h.

Pour l’auteure, compositrice et interprète de 34 ans, cette brève escale dans les Laurentides est en quelque sorte un retour à la maison. «Nous avons notre résidence principale et notre maison de campagne dans les Laurentides», confie la jeune maman d’une fillette de maintenant deux ans, Gisèle – ou «Gigi» pour les intimes – en souvenir de la regrettée et célèbre chanteuse et actrice Gisèle (Laflèche) Mackenzie, tante du chum de Marie-Mai, David Laflèche.

Son exclusion à «Star Académie»

Un coup d’œil à sa biographie publiée sur son site Web donne le vertige. Tout juste 15 ans de carrière, et pourtant déjà dix «Félix», dont trois à titre d’interprète féminine de l’année, sans parler de ses prestations en Europe, aux Jeux olympiques de Vancouver (en 2010), six albums dont cinq certifiés «Platine», doublage au cinéma, etc. La liste de ses exploits et réalisations est si longue que sa déclaration faite un jour à un journaliste «Je n’ai jamais gagné de concours. J’étais toujours celle qui se rendait loin, sans être la première» ne tient plus!

La dernière fois que ces deux phrases auraient pu décrire fidèlement la réalité, c’est à la finale féminine de la toute première édition de Star Académie, en 2003. Marie-Élaine Thibert l’avait emporté sur Annie Villeneuve et Marie-Mai. Cette exclusion de la grande finale l’avait-elle déçue ou peut-être fouettée pour en donner davantage sur scène dans les mois qui ont suivi?

«Pas du tout. En fait, je m’y attendais, répond-elle. Même si les participants n’avaient pas de contact avec l’extérieur, on sentait quand même à tous les dimanches qu’il y avait un buzz indéniable sur Marie-Élaine et Wilfred (Le Bouthillier). On n’était pas fous: avec sa voix unique, on aurait pu voir des anges sortir de la bouche de Marie-Élaine dès qu’elle l’ouvrait! (Rires)... Annie (Villeneuve) et moi nous étions parlé avant le show: «On s’entend qu’on s’en va ce soir, mais faisons le pacte: on va continuer à bûcher quand même. Pas question de lâcher»!

La magie des premières

Marie-Mai estime même que derrière une défaite se cache un moteur de changement. «Une défaite n’est pas un frein, ajoute-t-elle. À chaque fois qu’on y fait face, on a une occasion de se relever et de grandir en montrant aux gens qu’on est capable. Ç’a été ce qui s’est passé pour moi à Star Académie». Puis, par la suite, en 15 ans de carrière (à ce jour), il y a eu plein d’autres petites défaites et d’embûches. «J’ai toujours gardé la même attitude par rapport à ce que je fais, à mes valeurs, à mon cœur et à ce qui me pousse à faire de la musique.»

La blonde artiste aime relever le défi et goûter à la magie des «premières». Elle a été coach lors des toutes premières saisons de La Voix en 2013, puis de La Voix Junior en 2016 et 2017. Cette année, en plus des 30 dates de sa tournée panquébécoise, de son rôle de conjointe et de maman, depuis janvier 2019, Marie-Mai est à nouveau mentor, cette fois à The Launch, au réseau CTV.

Partager:

René-Pierre Beaudry - Info Nord