Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
1 mai 2019

Marche pour le Climat à Mont-Laurier

Les élus participent

Kathleen Godmer , journaliste

Ce sont environ une centaine de personnes qui se sont mobilisées pour la marche pour le climat, le 27 avril dernier (photo: gracieuseté).
Ce sont environ une centaine de personnes qui se sont mobilisées pour la marche pour le climat, le 27 avril dernier (photo: gracieuseté).

C’est une foule moins nombreuse qu’à la dernière marche, environ cent personnes, qui s’est présentée le 27 avril dernier pour la marche pour le climat. Après un bricolage de pancarte avec les premiers arrivés et présentation du comité organisateur, le départ de la marche s’est fait depuis l’Hôtel de Ville de Mont-Laurier, bien encadré par la Sûreté du Québec et le Ministère des Transports.

La marche a fait un premier arrêt dans le stationnement devant les bureaux de la députée de Labelle, Chantal Jeannotte. Bien que son discours se voulait encourageant et rassembleur, celui-ci a semblé en laisser plusieurs sur leur faim.

La marche s’est poursuivie en descendant la rue de La Madone, en faisant le tour des deux ponts pour arrêter à nouveau devant les bureaux de la MRC d’Antoine-Labelle pour entendre le discours de Gilbert Pilote, préfet et maire de Ferme-Neuve. Puis ce fut un retour à l’Hôtel de Ville pour entendre les derniers discours, mais non les moindres.

Daniel Bourdon, maire de Mont-Laurier, et Normand-St-Amour, maire de Chutes-St-Philippe, se sont adressés à la foule. Puis Manon Plouffe, en tant que directrice adjointe, s’est adressée à l’assistance comme porte-parole de Commission Scolaire Pierre-Neveu (CSPN). Réal Richer, président de l’Association de Protection de l’Environnement des Hautes-Laurentides (APEHL) a tenue à manifester sa grande joie de voir qu’après quarante années de militantisme environnemental, des jeunes s’impliquent dans la cause. Joanie Thibault, de la Brigade Verte de Zone Emploi, a aussi pris la parole.

S’en sont ensuivis les deux discours les plus mordants, les plus critiques face à l’inaction des gouvernements, ceux des représentants de partis politiques, le Parti Vert du Québec et Québec Solidaire.

Gabriel Dagenais, porte-parole masculin de Québec Solidaire Labelle, et René Fournier, ex-candidat du Parti Vert dans Labelle, ont aussi fait un discours. Le tout s’est conclu par trois interventions étudiantes où on a pu entendre Marika Béland, étudiante en sciences humaines au CÉGEP, Sativa Morton, étudiante de la Polyvalente et Mélanie Gendron-Daigneault, organisatrice de la dernière marche en mars.

D’autres événements sont à prévoir.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel