Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
1 mai 2019

Québec investit 7,4 M$ à Rivière-Rouge

Le maintien du service de la buanderie passe par sa modernisation

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

La députée de Labelle, Chantal Jeannotte a annoncé une aide financière de 7 409 000$ dans le projet de modernisation de la buanderie de l’hôpital de Rivière-Rouge (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
La députée de Labelle, Chantal Jeannotte a annoncé une aide financière de 7 409 000$ dans le projet de modernisation de la buanderie de l’hôpital de Rivière-Rouge (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Québec annonce une aide financière de 7 409 000$ dans le projet de modernisation de la buanderie de l’hôpital de Rivière-Rouge. Les travaux seront à terme dans un an et demi et surtout, les emplois seront conservés, affirme la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides.

Le projet vise le remplacement de la vieille flotte d’équipement de lavage et de séchage «dans le cadre d’un aménagement qui n’entrainera aucun arrêt de production», a indiqué la députée de Labelle, Chantale Jeannotte. Elle confirme que 85% de ses équipements ont atteint leur fin de vie.

«Ce projet se réalisera dans un délai de 60 semaines, suivant le début de l’étude d’ingénierie. La réalisation du projet aura des effets fort positifs sur la communauté de Rivière-Rouge, notamment celui de pérenniser le service de buanderie pour une période de 15 à 20 ans et de maintenir une trentaine d’emplois de qualité et bien rémunérés», d’indiquer Mme Jeannotte. La firme d’ingénierie devrait amorcer ses travaux d’ici quelques semaines.

Le président-directeur général du CISSS, Jean-François Foisy, confie avoir fait de la buanderie un enjeu personnel dès le début de son mandat. Il rappelle que plusieurs ne croyaient plus en sa modernisation, car personne n’y avait investi de l’argent depuis dix ans.

«En fait, ça fait 30 ans, et effectivement, les équipements ont passé leur durée de vie. Ils sont tellement périmés que des employés ont développé des expertises particulières: ils construisent des pièces pour faire fonctionner l’équipement puisque les compagnies ne sont plus en mesure de fournir les pièces de certains de nos vieux équipements», déclare-t-il.

Perte d’emplois?

Est-ce que la modernisation de la flotte de la buanderie veut dire, comme c’est souvent le cas, une diminution d’employés ou de quarts de travail? Le PDG dit que non. «Le sens du projet, ce n’est pas ça. Même qu’avec ce que l’on aura comme équipement, on aura une capacité de laver avec plus de monde pour le futur. Le but ce n’est pas de supprimer des emplois, mais de donner des conditions pratiques». Avec le temps, ajoute M. Foisy, une saine planification permettra d’ajouter un quart de travail.

Toujours selon le PDG, le projet permettra de soutenir la demande du service dans un futur rapproché alors que le CISSS va annoncer des installations sur son territoire. «C’est sûr que le linge sera envoyé ici».

Pour Mathieu Lavigne, coordonnateur de l’équipe Nord pour le syndicat des travailleuses et des travailleurs des Laurentides en santé et services sociaux, affilié à la CSN, l’annonce s’avère excellente. Il faut dire que depuis des années, la direction du CISSS a souvent rencontré des représentants de ce syndicat, dont Steve Bouchard.

Le CISSS traite près de 5,2 millions de kilogrammes de linge souillé annuellement par l’entremise de buanderies publiques et privées. Celle de Rivière-Rouge est publique et traite 29% de ce volume total. Toute la lingerie-literie des installations du CISSS situées au nord de Sainte-Agathe-des-Monts y passe. «Pourtant, au cours des dernières années, on a constaté qu’elle affichait une performance financière sous la moyenne provinciale, se situant au 14e rang sur 22», observe la députée.

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

  • Courriel