Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
24 avril 2019

Carnet de pêche

L’AFC Baskatong met les pêcheurs à contribution pour suivre la migration du doré

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

L’AFC Baskatong est située sur le chemin Baskatong, à Grand-Remous (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
L’AFC Baskatong est située sur le chemin Baskatong, à Grand-Remous (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Pour mieux comprendre le doré jaune qui se déplace en fonction de sa frayère et des poissons-fourrages dont il se nourrit, l’Aire faunique communautaire du réservoir Baskatong (AFC Baskatong), demande la collaboration de plus de 300 pêcheurs assidus (30 à 60 jours de pêche pendant l’été) prêts à noter toutes leurs prises dans un carnet prévu à cet effet.

Grâce à la vigilance et l’implication de Pêche sportive du réservoir Baskatong, qui gère l’AFC Baskatong, et en collaboration du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), le cheptel de dorés jaunes est en croissance et en santé au Baskatong. Le dernier ensemencement remonte à 2016, souligne Jean-Luc Lacroix, technicien pour l’AFC Baskatong.

CARNET DE PÊCHE

Pendant que les pêcheurs s’adonneront à leur sport préféré, le personnel de l’AFC collectera, lui aussi, des données dans divers secteurs de son territoire, comme la température de l’eau à différentes profondeurs. En combinant les données de l’AFC avec celles recueillies par les pêcheurs, cela permettra d’en apprendre davantage sur le doré, expliquait M. Lacroix.

Sur chaque page du carnet de pêche, un tableau permet de noter rapidement la date, le numéro de la prise lorsque le poisson est étiqueté, la longueur du poisson, l’espèce, le lieu, la profondeur et les conditions atmosphériques et de cocher si le doré est gardé (G) ou remis à l’eau (RAL).

Pour tout poisson étiqueté qu’il attrapera dans son filet, un pêcheur occasionnel peut aussi contribuer à cette collecte de données en communiquant ces mêmes informations à l’AFC Baskatong.

AFC BASKATONG

Dans les années 90, l’augmentation continuelle de la pression exercée sur la pêche sportive au réservoir Baskatong était à un niveau tel qu’un groupe de personnes a jugé qu’il était impératif de trouver une solution pour la préservation de la ressource.

Afin de garantir une pêche de qualité pour les générations actuelles et à venir, l’AFC Baskatong fut créée en collaboration avec le Ministère de l’Environnement et de la Faune.

QU’EST-CE QU’UNE AFC ?

La mise en place des aires fauniques communautaires (AFC) par le gouvernement du Québec a pour but de faire participer les gens du milieu à la remise en état des populations d’espèces sportives ou de leurs habitats ou à la préservation d’un milieu de qualité pour l’exploitation de la faune aquatique. Cela permet de prioriser l’adoption de mesures de conservation de la faune et d’assurer ou de maintenir l’accessibilité à la faune sur les plans d’eau.

Une AFC est attribuée sans appel d’offres à une corporation sans but lucratif par l’allocation d’un bail de droits exclusifs de pêche à des fins communautaires. Le tiers des administrateurs doivent être des pêcheurs utilisateurs du plan d’eau. Jusqu’à maintenant, quatre baux ont été octroyés par le MFFP, soit au Lac-Saint-Jean, au réservoir Baskatong, au réservoir Gouin et au lac Saint-Pierre.

En ce qui concerne le réservoir Baskatong, ses baies ainsi que certains lacs avoisinants, le bail a été octroyé en 1998 à l’organisme Pêche sportive du Réservoir Baskatong. L’organisme a été fondé à ce moment et dans ce but précis. «L’objectif était de remonter le cheptel de dorés dans le Baskatong», rapporte M. Lacroix.

LA MISSION

La mission de l’AFC consiste à prendre en charge la gestion de la pêche sportive sur son territoire; à contribuer à la conservation et à la protection de la ressource afin de financer la restauration des potentiels halieutiques (espèces prisées pour la pêche) et à mettre en valeur les activités de la pêche sportive dans le respect d’une accessibilité équitable pour tous les utilisateurs.

Basée sur le principe de l’utilisateur-payeur, la corporation consacre 75% de ses revenus à l’application de sa mission, soit à travers des activités d’ensemencement, d’aménagement des habitats, de surveillance, de protection et d’éducation ainsi que d’étiquetage de dorés afin d’évaluer leur déplacement, leur fidélité aux frayères, ainsi que leur dimension. Le reste des revenus, qui ne doivent pas dépasser les 25%, est consacré à l’administration.

Afin de respecter son mandat, la corporation effectue une surveillance accrue de son AFC. Des assistants à la protection de la faune patrouillent sur l’ensemble du plan d’eau et sont responsables de donner des constats d’ infractions lorsque nécessaire. Le non-respect des quotas de prises, la possession de poissons dépassant la limite permise de même que le non-respect des sanctuaires et frayères sont passibles d’amendes.

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel