Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
2 avril 2019

Exposition «Toiles libres» à l’Espace Théâtre

Processus et plaisir à l’honneur lors de la création

Kathleen Godmer , journaliste

Les élèves artistes étaient fiers de présenter leurs œuvres. Ils sont ici en compagnie de leur enseignante en art plastique, Sophie Turcot et de quelques partenaires qui ont permis la mise sur pied de l’exposition «Toiles libres» (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Les élèves artistes étaient fiers de présenter leurs œuvres. Ils sont ici en compagnie de leur enseignante en art plastique, Sophie Turcot et de quelques partenaires qui ont permis la mise sur pied de l’exposition «Toiles libres» (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

«Toiles libres» à l’Espace Théâtre est une exposition de tableaux qui ont été réalisés par les élèves en adaptation scolaire de la Polyvalente Saint-Joseph. Présentée dans le hall du 28 mars au 27 avril 2019, cette exposition est aussi un encan silencieux au profit de la Fondation de la Polyvalente Saint-Joseph.

Ce qu’il faut retenir

• Pour les toiles plus petites, la mise débute à 10$ et pour les toiles de grands formats à 20$. Les gens peuvent miser directement sur place ou en ligne, dès maintenant.

• Avec cette exposition, l’Espace Théâtre voulait permettre aux élèves d’avoir une activité significative leur permettant de sortir du cadre scolaire et de vivre l’art dans d’autres milieux qui sont symboliques et qui leur permettent de réellement tremper dans le bouillon culturel de la communauté.

• Sur le plan scolaire, le projet ouvre la porte à ces jeunes en leur permettant de découvrir à quoi servent les arts et donne la possibilité de moins avoir à justifier la place de cette discipline dans l’école.

Ce qu’ils ont dit

• «Avec les toiles qu’on utilise pour la promotion de nos spectacles, le jumelage de l’exposition et la relance de nos sacs mains libres, on fait un pas de plus dans la récupération et dans notre travail de prendre un virage zéro déchet. C’est une geste symbolique et on redonne dans notre communauté.» – Benoît Ricard, agent aux communications à l’Espace Théâtre

• « Pour moi, les arts c’est toute ma vie. De sortir de l’école comme ça, c’était super important parce qu’on s’est fait donner des matériaux comme la toile, la peinture et le bois. Si on était resté dans le cadre scolaire, oui on a des matériaux, mais jamais assez pour se «lâcher lousse» comme on a fait là. Ça nous a permis d’avoir tellement de plaisir et aussi de pouvoir aller plus loin dans le processus de création.» – Sophie Turcot, enseignante en adaptation scolaire en art plastique

• «J’étais emballé par le projet. J’ai eu beaucoup de plaisir et j’en ai profité. On avait juste quelques règles à respecter: pas de pinceaux, et faire de l’abstrait. Ça nous a laissé la chance de nous exprimer.» – Raphaël Sigouin, élève artiste

Faits saillants

Les profits de l’encan silencieux iront à la Fondation de la polyvalente qui a comme mission de promouvoir l’avancement et le développement de l’éducation des jeunes de l’école, en fonction de différents objectifs. Les différentes mesures d’aide ont pour but de favoriser chez tous les élèves, des chances égales de réussite.

L’exposition «Toiles libres» vient d’une grande réflexion à la MRC pour faire des institutions des lieux dynamiques où on présente un peu plus les créateurs locaux.

Les murs de l’Espace Théâtre n’ont pas comme mandat de devenir une galerie d’art, mais ils peuvent servir à dynamiser les liens avec différents organismes par le biais de projets particuliers comme cette exposition et l’équipe en place reste très ouverte aux différentes possibilités.

L’exposition a été planifiée à ce temps-ci de l’année puisque dans les prochains mois, plusieurs gros spectacles seront présentés, ce qui permettra à un maximum de gens de pouvoir admirer les œuvres et miser sur celles-ci.

Sans l’équipe technique de l’Espace Théâtre et surtout sans les différents partenaires, qui ont fourni la majorité des matériaux, il aurait été impossible de mettre en place ce projet.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel