Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
21 mars 2019

Politique fédérale

Un dernier budget déficitaire avant les élections

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Le dernier budget présenté par le gouvernement fédéral est déficitaire et présente une série de mesures destinées à soutenir la classe moyenne canadienne (photo: Pixabay).
Le dernier budget présenté par le gouvernement fédéral est déficitaire et présente une série de mesures destinées à soutenir la classe moyenne canadienne (photo: Pixabay).

Le gouvernement de Justin Trudeau a déposé le 19 mars dernier son budget 2019-2020, qui est déficitaire. À quelques mois des élections, les libéraux continuent à cibler la classe moyenne, en soutenant que cette stratégie porte ses fruits: «L’économie du Canada est forte et en croissance», clament-ils.

Ce qu’il faut retenir

Le ministre des Finances Bill Morneau a déposé le 19 mars le dernier budget fédéral avant les prochaines élections. Malgré la promesse faite par Justin Trudeau en 2015 de revenir à l’équilibre budgétaire en 2019, le déficit atteint cette année 19,8 G$.

Avec ce budget intitulé «Investir dans la classe moyenne pour faire croître l’économie canadienne», les libéraux assument leur choix de faire des déficits en soutenant que c’est une stratégie payante pour les Canadiens, davantage capables, selon eux, d’avoir accès à un emploi, d’économiser et de dépenser.

Cette annonce survient alors que le gouvernement Trudeau est empêtré depuis un mois dans l’affaire SNC-Lavalin, ce que n’a pas manqué de faire remarquer le chef de l’opposition officielle, le conservateur Andrew Scheer.

Ce qu’ils ont dit

«Il y a près de quatre ans, les Canadiens ont choisi un plan qui visait à investir dans ce qui compte le plus pour eux: de bons emplois bien rémunérés; un soutien accru pour aider les familles aux prises avec le coût élevé de la vie; des communautés fortes et reliées et de meilleures possibilités de réussite pour leurs enfants et leurs petits-enfants. Ce sont les priorités des Canadiens, et celles aussi du gouvernement. Le budget de 2019 constitue la prochaine étape de notre plan pour investir dans la classe moyenne et pour bâtir une économie solide qui fonctionne pour la classe moyenne et pour tous les Canadiens.» – Bill Morneau, ministre des Finances

«Justin Trudeau cache sa corruption sous 41 milliards $ de nouvelles dépenses payées par des hausses d’impôt s’il est réélu. C’est la dissimulation la plus coûteuse de l’histoire des dissimulations.» – Andrew Scheer, chef du PCC

«Ce ne sont pas les travailleurs et travailleuses qui bénéficient de ce budget; ce sont leurs patrons. Il est temps pour la population canadienne d’avoir un gouvernement qui rendra les services de garde, les médicaments, l’accès à Internet, le logement et l’éducation post-secondaire plus abordables pour tout le monde.» – Peter Julian, le porte-parole du NPD en matière de finances

Faits saillants

Plusieurs mesures sont annoncées. D’abord, la mise en place d’un programme de prêt hypothécaire au profit des acheteurs d’une première maison.

Ensuite, la création d’une nouvelle allocation pour la formation. On annonce aussi une baisse des taux d’intérêts sur les prêts étudiant et une bonification de l’exemption sur le revenu gagné du Supplément de revenu garanti, pour inciter les aînés à faible revenu à rester plus longtemps sur le marché du travail. Ces trois annonces sont effectuées dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Les libéraux entendent également établir un régime d’assurance-médicaments national et créer une Agence canadienne des médicaments.

Du côté des municipalités, on offre un paiement supplémentaire unique de 2,2 G$ au moyen du Fonds de la taxe sur l’essence, afin d’aider ces dernières à mieux entretenir les infrastructures locales.

L’objectif d’avoir tous les Canadiens branchés à Internet haute vitesse est fixé à 2030, avec des investissements qui atteignent 6 G$.

Les Canadiens pourront aussi compter sur un incitatif visant l’achat de véhicules électriques dont le prix de détail suggéré par le fabricant est inférieur à 45 000$.

Enfin, le gouvernement souhaite favoriser la réconciliation avec les peuples autochtones, notamment par la préservation et la revitalisation des langues.

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel