Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
8 mars 2019

Théâtre

Montserrat présente «Bienveillance» les 15, 16, 21 et 22 mars prochains

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

Plutôt que de s’attarder sur la chorégraphie des déplacements, Michel Brunet et ses comédiens ont mis l’emphase sur la profondeur des personnages. Bienveillance: un combat entre les valeurs d’entraides et celles de l’égocentrisme (photo: gracieuseté).
Plutôt que de s’attarder sur la chorégraphie des déplacements, Michel Brunet et ses comédiens ont mis l’emphase sur la profondeur des personnages. Bienveillance: un combat entre les valeurs d’entraides et celles de l’égocentrisme (photo: gracieuseté).

À un peu plus d’une semaine de sa première représentation, Michel Brunet est tellement fasciné par le jeu intensif de ses comédiens, qu’il se surprend à se sentir spectateur plutôt que metteur en scène: «Je suis vraiment enchanté de les voir aller et j’espère que les gens vont vivre ce que je vis en répétition».

Avec toute la sensibilité qu’on lui reconnaît grâce aux différents rôles qu’il a incarnés pour Montserrat, on sent déjà que le metteur en scène a apporté sa propre couleur dans cette œuvre de Fanny Britt: «Tout d’abord, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour cette pièce. Puis j’ai ramé très fort pour trouver mes comédiens; ça n’a vraiment pas été facile de les trouver».

Très heureux dans son rôle de metteur en scène, il peaufine à présent les derniers petits détails: «On est en train d’attacher ça comme il faut. Il me reste très peu de répétitions avec mon équipe de comédiens qui sont encore tout feu, toute flamme dans l’enthousiasme. Les personnages sont tellement différents des uns des autres et chacun apporte un éclairage différent sur le thème de la bienveillance».

Vue de l’intérieur

Les membres de la troupe ont lu et relu le texte et étudié les personnages pour comprendre ce que l’auteure a voulu leur faire dire. «Le texte a été écrit presque sans ponctuation», explique M. Brunet.

En gros, cela signifie qu’une simple virgule à un endroit plutôt qu’à un autre peut complètement changer le sens d’une phrase. «Ce sont vraiment des rôles de composition, mentionne M. Brunet. Il y a des comédiens qui disent ou font des choses qu’ils n’auraient jamais osé dire ou faire avant.»

Bienveillance

Le drame Bienveillance raconte l’histoire d’un avocat, Gilles Jean, qui se retire d’une cause où il aurait dû plaider contre son ami d’enfance. L’avocat retourne le voir dans la ville où tous deux ont grandi. Ces retrouvailles ardues confrontent l’avocat au sens même de son existence. Dans des discussions tour à tour assassines et un peu tristes, les dialogues sont parfois drôles, graves et ironiques. Il en ressort finalement une réflexion morale très ample qui porte un regard aïgu et amoureux sur les petites lâchetés et les grandes contradictions qui font partie de la nature humaine.

Même si le sujet semble insoutenable, l’auteure a trouvé un angle qui permet d’aborder un thème difficile avec une dose d’humour. Des spectateurs se reconnaîtront sans doute dans les valeurs transmises par certains personnages, croit M. Brunet.

Les comédiens

«Dans mon équipe, Patricia Jetté a déjà un bon bagage d’expérience, raconte M. Brunet. Dans son rôle d’avocat, Nicolas Huberdeau compare son expérience à des montagnes russes.»

André-Jean Garneau en est à sa première expérience théâtrale. Jouant l’ami de l’avocat, il découvre des

pans de sa personnalité jusqu’alors inconnus de lui. Colette Pilon, une ancienne comédienne de Double Défi, endosse le rôle de mère et d’ancienne syndicaliste qui traîne ses fantômes. Marc Ouellette et Stéphane Lajeunesse complètent la distribution.

Billets en vente

«Bienveillance» sera présentée à 20 heures au Bloc E du Centre collégial, soit au 700, rue Parent à Mont-Laurier. Il est possible de se procurer des billets auprès des comédiens ainsi qu’à La Griffe d’Alpha au 420, rue Carillon, Mont-Laurier.

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel