Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
27 décembre 2018

Lauréate d’un concours au Salon du livre à Riantec

L’auteure Hélène Desgranges a le vent dans les voiles

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

Hélène Desgranges et son certificat de reconnaissance pour le 2e prix remporté à Riantec (crédit photo:  Valérie Levasseur).
Hélène Desgranges et son certificat de reconnaissance pour le 2e prix remporté à Riantec (crédit photo: Valérie Levasseur).

Après le lancement de son livre «La grande maison du petit lac», Hélène Desgranges remporte la 2e place au concours de nouvelles organisé dans le cadre de la 30e édition du Salon du livre de Riantec en Bretagne (France) avec sa nouvelle intitulée «Sous les paupières».

Les noms des deux lauréats de la 24e édition du Concours de nouvelles organisé par les Amis des arts et de la culture de Riantec ont été révélés le 18 novembre dernier lors de leur Salon du livre. Les participants au concours devaient s’inspirer du thème «Chemins de traverse». C’était toute une surprise pour l’auteure québécoise lorsqu’elle a appris la nouvelle par courriel. Depuis, les deux parties entretiennent une correspondance qui a vite créé un pont culturel entre le Québec et la Bretagne.

Lorsque l’Union des écrivaines et écrivains du Québec (UNEQ) a rapporté la nouvelle concernant Mme Desgranges et son prix, les organisateurs du concours se sont immédiatement inscrits à leur infolettre. Ils souhaitent la participation d’autres auteurs québécois à leur concours dès l’an prochain.

Sous les paupières

«Sous les paupières» relate la relation quelque peu irritante entre une jeune écrivaine et sa grand-mère, une grande assidue de lecture. Alors que la jeune femme tente d’attirer l’attention de son aïeule sur son carnet de voyage et ses photos qui sont à la base de ses inspirations d’écritures, sa grand-mère ferme les yeux ou détourne la tête en lui disant: «Tu n’as rien vu si tu n’as regardé qu’avec tes yeux».

Bien ancrée chacune de leur côté dans leur façon de percevoir les choses, ce n’est que bien plus tard que l’auteure comprendra que sa grand-mère lui faisait, sans le savoir, le plus beau compliment qu’un écrivain puisse recevoir d’un lecteur.

Fictif ou réel?

L’écriture d’Hélène semble tellement inspirée de son quotidien, qu’on lui a posé la question: «est-ce fictif ou réel»? «C’est fictif, répond Hélène, mais ma nouvelle est quand même inspirée de ma relation avec ma fille qui voyage partout dans le monde alors que je me contente de voyager dans le sud. Et comme enfant, nous souhaitons toujours plus pour nos parents et grands-parents alors que parfois, ils sont déjà bien heureux avec ce qu’ils ont ou ce qu’ils sont».

Un retour inespéré

L’année 2018 se termine sous le signe de la réussite pour cette résidente de Lac-du-Cerf déterminée à relancer sa carrière d’écrivaine délaissée au profit du travail et de la vie de famille. «J’ai vécu un épisode difficile cet été: perte de mémoire, mélange dans les chiffres, les nombres et le temps. Probablement rien de grave, selon ma médecin, mais j’ai eu très peur de perdre ce qui me tient tellement à cœur: les mots que je me suis mise à écrire et écrire. Comme je voulais me trouver des sujets et que j’adore écrire des nouvelles, j’ai cherché des concours et des revues pour me mettre des défis et j’en ai trouvé un peu partout au Québec et en Europe».

Son 2e prix remporté à Riantec lui a redonné confiance sur sa capacité d’écrire. «Voir que ce qu’on écrit est apprécié et reconnu, c’est toujours grandiose! C’est si valorisant que ma réaction a été à la mesure de ma démesure! Expressive et sans mot. Rare dans mon cas! Mon prochain rêve est de m’envoyer avec papiers et crayon vers ce pays (la France) qui partage avec nous cette belle langue à laquelle je tiens particulièrement beaucoup. La vie me sourit et j’en saisis toutes les parcelles de bonheur qu’elle m’apporte: petits et grands»!

Une autre bonne nouvelle

À la toute dernière minute, Hélène annonçait qu’une autre porte était en train de s’ouvrir pour elle avec la publication d’un autre texte qu’elle a soumis à une revue. Entretemps, elle se concentre sur sa tournée promotionnelle de son dernier roman dans quatre villes des régions de la Montérégie, Estrie et Centre-du-Québec.

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel