Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
19 décembre 2018

Pour Jacques Rougeau, une thérapie

Pour les paniers de Noël: 1 750$

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

La Fondation les Saints du ciel remettait un montant de 425$ aux pompiers de Ferme-Neuve pour leurs paniers de Noël. Sur la photo: Stéphane Lafleur, Mario Gosselin, Jacques Rougeau, Joël Lachaine et Normand Cyr (photo: Murielle Yockell, Le Courant des Hautes-Laurentides).
La Fondation les Saints du ciel remettait un montant de 425$ aux pompiers de Ferme-Neuve pour leurs paniers de Noël. Sur la photo: Stéphane Lafleur, Mario Gosselin, Jacques Rougeau, Joël Lachaine et Normand Cyr (photo: Murielle Yockell, Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 11 décembre dernier, le lutteur Jacques Rougeau était au Cœur Immaculé de Marie à Mont-Laurier pour présenter sa conférence sur l’intimidation. Pour chaque billet vendu, il remettait 5$ aux Paniers de Noël.

Pendant la première partie de conférence, Jacques Rougeau entraîne son monde dans les coulisses de la WWF. Sur écran géant, on voit passer les anciennes étoiles de la lutte. À chaque photo, une anecdote. Et tout à coup, on entre dans son monde. Un monde inconnu du public dans lequel l’intimidation occupait une très grande place et dont lui-même a été victime.

Depuis une vingtaine d’années, Rougeau se promène à travers le Québec pour présenter sa conférence. C’est en compagnie de Normand Cyr, un ami de longue date, que le lutteur est parti faire sa tournée dans les commerces pour vendre ses billets à Mont-Laurier. En moins de trois jours, les 350 billets étaient vendus.

«La vie est bonne pour moi. Mais je n’ai jamais fait d’abus et j’ai toujours fait de l’exercice. C’est moi-même qui vends mes billets dans les commerces. Je cogne à chaque porte, je rencontre les boss et je leur dis ce que je fais. Depuis 20 ans, je fais ça à travers le Québec. Je le fais dans toutes les villes où je vais, il y a toujours une secrétaire ou un jeune boss qui me reconnait parce qu’il est venu à ma conférence 10 ou 12 ans plus tôt. Ça, c’est le fun. Pour ma conférence dans les écoles, ce qui est important c’est de savoir, c’est comment arrêter la violence sans se servir de la violence, mais en les désarmant à la place, c’est en équipe que ça se fait.»

Le meilleur conseil qu’il donne à un jeune c’est: persévérance. «On a tous une passion en dedans de nous. Si ta passion, tu l’essaies et ça ne marche pas, réessaie! Puis si ça ne marche pas, réessaies, même si ça prend deux ou trois. Parce que les 37 ans que tu vas vivre, tu vas aimer ce que tu fais et la vie va être bien plus belle.»

Jacques Rougeau vient tout juste de vendre sa maison pour la remplacer par un wanabago. Pour les dix prochaines années, il part avec sa conjointe quatre mois par année pour visiter les plus belles places du monde.

Bas de vignetteStéphane Lafleur, Dany Falardeau, Sylvie Marois, Jacques Rougeau, Mario Gosselin, Léopold, Yves, David et Luc Falardeau (photo: Murielle Yockell, Le Courant des Hautes-Laurentides).

Galerie de photos

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel