Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
16 décembre 2018

Deux membres des Hautes-Laurentides en ses rangs

Fractal Cypher récidive avec un mini-album

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

Fractal Cypher, groupe basé à Montréal, mais dont deux membres sont de la région. Ludovick Daoust, claviériste originaire de Sainte-Anne-du-Lac, Tommy Fradette, bassiste, Simon Lavoie, chanteur, Steven Cope, batteur et Vincent Bruneau, guitariste, originaire de La Minerve (photo: gracieuseté – Fractal Cypher).
Fractal Cypher, groupe basé à Montréal, mais dont deux membres sont de la région. Ludovick Daoust, claviériste originaire de Sainte-Anne-du-Lac, Tommy Fradette, bassiste, Simon Lavoie, chanteur, Steven Cope, batteur et Vincent Bruneau, guitariste, originaire de La Minerve (photo: gracieuseté – Fractal Cypher).

Le groupe de métal progressif mélodique Fractal Cypher commence à jouir d’une bonne réputation et deux de ses membres sont originaires des Hautes-Laurentides, un de La Minerve et l’autre de Sainte-Anne-du-Lac. À la sortie de leur 2e album, le journal a jasé musique avec le guitariste minervois, Vincent Bruneau.

Le mini-album de quatre pièces, intitulé Prelude To An Impending Outcome, fait suite au premier album paru en 2016, The Human Paradox.

En quoi les nouveaux enregistrements diffèrent-ils de ce premier opus ? «Sur le plan du son, je dirais que nous sommes plus fidèles à nous-même, comme on sonne en spectacle. Contrairement à notre premier album, nous avons pris soin d’utiliser autant que possible le même «tone» d’instrument que nous utilisons en spectacle ou en pratique pour l’enregistrement. Ce qui fait en sorte que les gens qui viendront nous voir en spectacle et qui auront écouté l’album seront mieux servis en ce qui touche la performance des chansons.»

Aux compositions, le groupe a gagné en maturité depuis deux ans, essayant toujours de repousser ses limites en explorant les territoires inconnus musicalement.

Selon Vincent, les membres tentent de texturer les chansons d’atmosphères et de dynamiques différentes, à chaque pièce. «L’aspect progressif de notre musique est vraiment plus présent en termes de structure des chansons, des nombreux changements de tempo et de la complexité rythmique.»

Le groupe est aussi plus confortable en studio, profitant des séquences de préproductions avant l’entrée en studio et l’enregistrement de maquettes «maison». «Nous avons tous adopté des méthodes de travail en studio qui nous ont permis d’éviter certaines «erreurs» et d’être plus efficaces.»

Pourquoi un mini-album?

«Nous n’étions tout simplement pas prêts pour un album complet et nous voulions offrir à nos fans de la nouvelle musique sans attendre trop longtemps. Au départ, nous avions l’intention de faire un EP, mais nous nous sommes retrouvés avec une durée totale de 35 minutes. C’est pourquoi nous préférons l’appeler mini album. C’est de plus en plus courant de nos jours que les groupes sortent des EP, cela permet aux artistes de présenter plus de matériel plus souvent pour leurs fans, et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de créer un mini album.»

Comment les gens d’ici vous abordent-ils au sujet du groupe?

«Je crois que les gens en général sont quand même impressionnés, surtout au niveau de la production de nos albums. Ils sont aussi étonnés quand ils écoutent les chansons de Fractal Cypher, car ils s’attendent à un métal très lourd. Ils sont agréablement surpris quand ils entendent les arrangements, les mélodies et les dynamiques qui se trouvent dans notre musique, ils ne s’attendent pas à ça!»

trouver le mini-album?

«Le EP physique est distribué à l’international via notre page Bandcamp sur Internet. En ce qui concerne la distribution locale, nous faisons affaire avec Propagande distribution, qui s’occupe de distribuer le CD physique dans tous les Archambault, Renaud-Bray au Québec. La liste comprend aussi les magasins Walmart, Sunrise et plusieurs autres disquaires à travers la province. Dans la région, j’ai mis personnellement en vente le CD au marché Tradition à La Minerve, mon village d’origine.»

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

  • Courriel