Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 décembre 2018

Histoire et généalogie

En 2019, les bâtisseuses d’antan seront à l’honneur

Kathleen Godmer , journaliste

Les membres du Cercle des fermières de Mont-Laurier lors d’un pique-nique en 1928 (photo: gracieuseté- Collection de la SHGHL).
Les membres du Cercle des fermières de Mont-Laurier lors d’un pique-nique en 1928 (photo: gracieuseté- Collection de la SHGHL).

La Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides (SHGHL), forte de son expérience de 2018, où elle a réuni cinq de ces activités sous un même thème, répétera le concept qui a eu beaucoup de succès. En 2019, les activités qui seront mises sur pied par la SHGHL auront comme thème «femmes à l’œuvre».

L’objectif de la SHGHL est la sauvegarde et la diffusion du patrimoine historique, archivistique et patrimonial des Hautes-Laurentides. Parmi les fonds d’archives qu’elle conserve, certains te?moignent de l’implication des femmes a? la vie associative, professionnelle et politique de la région.

En 2019, la SHGHL se donne la mission de mettre en valeur les fonds d’archives qui documentent le travail de ces femmes et l’impact qu’elles ont eu sur le de?veloppement de la re?gion.

À cette fin, quatre activite?s de diffusion sont au programme: un nume?ro complet de la revue La Laurentie (no 24), une exposition the?matique estivale, une confe?rence et enfin, une exposition virtuelle accessible via le muse?e virtuel en ligne (fortsdenotrehistoire.com). Ces activite?s seront re?unies sous le the?me «Femmes a? l’œuvre».

Dans le but d’offrir des activite?s culturelles grand public de qualite? qui marqueront le temps, la SHGHL de?veloppera une image de marque et des outils promotionnels forts et repre?sentatifs de ce the?me. Sauf pour la revue La Laurentie, les activite?s propose?es seront offertes gratuitement a? l’ensemble de la population. En faisant rayonner le travail de ces femmes, le projet a pour objectifs de sensibiliser la population a? son histoire et a? l’importance de pre?server et de valoriser le patrimoine archivistique. Tout en bonifiant l’offre culturelle re?gionale, il contribuera a? son rayonnement, mais aussi a? celui de ses ba?tisseuses.

Fonds d’archives

Les fonds d’archives qui seront mis en valeur a? travers les activite?s de diffusion de 2019 proviennent tout d’abord de l’AFE?AS/Cercle des fermie?res. Ces fonds apportent un e?clairage sur l’œuvre des femmes. C’est par leur implication au sein d’organismes de transmission de la culture qu’elles ont joue? un ro?le pre?ponde?rant dans la socie?te? a? une e?poque ou? leur mari faisait rouler l’e?conomie locale. Par leur œuvre, les organisations fe?minines ont contribue? a? transmettre la culture traditionnelle et a? faire avancer la cause des femmes dans la socie?te?.

On découvrira aussi le fonds Ce?cile Reid-Brisebois qui comprend des documents ayant servi a? la re?daction de sa monographie «Nos institutrices rurales» et des documents te?moignant de son implication au sein de diverses activite?s ou associations.

Le fonds de l’E?cole Normale présentera l’inauguration de cette institution scolaire le 29 novembre 1927 qui avait comme mandat d’instruire les jeunes filles selon le programme du Comite? catholique du Conseil de l’instruction publique et de les pre?parer a? enseigner gra?ce a? une solide formation pe?dagogique.

Les documents contenus dans celui de Marie-Yvonne Brisebois te?moigneront de la vie culturelle, sociale, politique et e?conomique de Mont-Laurier a? la fin des anne?es 1980 et au de?but des anne?es 1990.

On présentera aussi les moniales be?ne?dictines de Mont- Laurier qui sont arrivées dans la ville en 1934. Ces religieuses produisaient, entre autres, du fromage de che?vre et du chocolat. Elles publiaient aussi de nombreux documents religieux.

Le fonds Denise Florant-Dufresne informera sur les activite?s d’une femme d’affaires et d’une femme au foyer tre?s implique?e dans sa communaute?, entre autres pour avoir contribue? a? fonder la SHGHL dont elle fut pre?sidente et tre?sorie?re pendant pre?s de deux de?cennies.

Finalement, celui de La Me?reveille, acquis en 2017, te?moignera des activite?s de cette organisation dont la mission est de redonner a? la femme enceinte sa confiance en elle-me?me, en sa capacite? de mettre au monde et de materner. Une présentation des pre?occupations re?centes lie?es aux femmes via la revalorisation de la maternite?.

«On est toujours à la recherche pour trouver des gens prêts à écrire pour nous ou en encore des femmes qui ont été très influentes pour la région. Si les gens ont des suggestions à nous faire, ils ne doivent pas hésiter à communiques avec nous.» —Véronique Paul, coordonnatrice à la SHGHL

L’objectif de la SHGHL est la sauvegarde et la diffusion du patrimoine historique, archivistique et patrimonial des Hautes-Laurentides. Parmi les fonds d’archives qu’elle conserve, certains te?moignent de l’implication des femmes a? la vie associative, professionnelle et politique de la région.

En 2019, la SHGHL se donne la mission de mettre en valeur les fonds d’archives qui documentent le travail de ces femmes et l’impact qu’elles ont eu sur le de?veloppement de la re?gion.

À cette fin, quatre activite?s de diffusion sont au programme: un nume?ro complet de la revue La Laurentie (no 24), une exposition the?matique estivale, une confe?rence et enfin, une exposition virtuelle accessible via le muse?e virtuel en ligne (fortsdenotrehistoire.com). Ces activite?s seront re?unies sous le the?me «Femmes a? l’œuvre».

Dans le but d’offrir des activite?s culturelles grand public de qualite? qui marqueront le temps, la SHGHL de?veloppera une image de marque et des outils promotionnels forts et repre?sentatifs de ce the?me. Sauf pour la revue La Laurentie, les activite?s propose?es seront offertes gratuitement a? l’ensemble de la population. En faisant rayonner le travail de ces femmes, le projet a pour objectifs de sensibiliser la population a? son histoire et a? l’importance de pre?server et de valoriser le patrimoine archivistique. Tout en bonifiant l’offre culturelle re?gionale, il contribuera a? son rayonnement, mais aussi a? celui de ses ba?tisseuses.

Fonds d’archives

Les fonds d’archives qui seront mis en valeur a? travers les activite?s de diffusion de 2019 proviennent tout d’abord de l’AFE?AS/Cercle des fermie?res. Ces fonds apportent un e?clairage sur l’œuvre des femmes. C’est par leur implication au sein d’organismes de transmission de la culture qu’elles ont joue? un ro?le pre?ponde?rant dans la socie?te? a? une e?poque ou? leur mari faisait rouler l’e?conomie locale. Par leur œuvre, les organisations fe?minines ont contribue? a? transmettre la culture traditionnelle et a? faire avancer la cause des femmes dans la socie?te?.

On découvrira aussi le fonds Ce?cile Reid-Brisebois qui comprend des documents ayant servi a? la re?daction de sa monographie «Nos institutrices rurales» et des documents te?moignant de son implication au sein de diverses activite?s ou associations.

Le fonds de l’E?cole Normale présentera l’inauguration de cette institution scolaire le 29 novembre 1927 qui avait comme mandat d’instruire les jeunes filles selon le programme du Comite? catholique du Conseil de l’instruction publique et de les pre?parer a? enseigner gra?ce a? une solide formation pe?dagogique.

Les documents contenus dans celui de Marie-Yvonne Brisebois te?moigneront de la vie culturelle, sociale, politique et e?conomique de Mont-Laurier a? la fin des anne?es 1980 et au de?but des anne?es 1990.

On présentera aussi les moniales be?ne?dictines de Mont- Laurier qui sont arrivées dans la ville en 1934. Ces religieuses produisaient, entre autres, du fromage de che?vre et du chocolat. Elles publiaient aussi de nombreux documents religieux.

Le fonds Denise Florant-Dufresne informera sur les activite?s d’une femme d’affaires et d’une femme au foyer tre?s implique?e dans sa communaute?, entre autres pour avoir contribue? a? fonder la SHGHL dont elle fut pre?sidente et tre?sorie?re pendant pre?s de deux de?cennies.

Finalement, celui de La Me?reveille, acquis en 2017, te?moignera des activite?s de cette organisation dont la mission est de redonner a? la femme enceinte sa confiance en elle-me?me, en sa capacite? de mettre au monde et de materner. Une présentation des pre?occupations re?centes lie?es aux femmes via la revalorisation de la maternite?.

«On est toujours à la recherche pour trouver des gens prêts à écrire pour nous ou en encore des femmes qui ont été très influentes pour la région. Si les gens ont des suggestions à nous faire, ils ne doivent pas hésiter à communiques avec nous.» —Véronique Paul, coordonnatrice à la SHGHL

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel