Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
6 décembre 2018

Proposition d’urgence de l’assemblée des MRC

Le préfet Gilbert Pilote se prononce

Kathleen Godmer , journaliste

Gilbert Pilote, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle et maire de Ferme-Neuve (photo: gracieuseté – MRC d’Antoine-Labelle).
Gilbert Pilote, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle et maire de Ferme-Neuve (photo: gracieuseté – MRC d’Antoine-Labelle).

Lors de l’assemblée des MRC tenue les 14 et 15 novembre derniers, les préfets de toutes les régions du Québec ont adopté une proposition d’urgence pour exiger du gouvernement du Québec qu’intervienne immédiatement pour régler les problèmes de couverture de services de santé en région. Le préfet Gilbert Pilote a répondu à nos questions sur cet enjeu.

Lors de l’Assemblée des MRC, une proposition d’urgence en lien avec les problèmes de couverture de services de santé en région a été adoptée. Quelle est réellement la problématique des régions et quelle est votre opinion face à celle-ci?

«Suite à la dernière réforme de la santé, le précédent gouvernement a concentré plusieurs services de proximité dans les grandes agglomérations urbaines ce qui a généré des pénuries de médecins spécialistes dans plusieurs régions du Québec. Nous appuyons donc la proposition d’urgence, présentée par la FQM lors du congrès des préfets, pour chercher à améliorer la situation des MRC plus démunies en termes de soin de santé et, du même coup, espérer des améliorations sur notre territoire.»

Selon vous, est-ce que les citoyens de la MRC d’Antoine-Labelle ont facilement accès aux services de santé spécialisés?

«Pour la MRC d’Antoine-Labelle, les citoyens peuvent obtenir les services de certains médecins spécialisés, entre autres, en chirurgie et en anesthésie. De plus, les centres hospitaliers situés sur le territoire maintiennent des ententes avec certains spécialistes provenant pour la plupart de la région de Saint-Jérôme, ce qui leur permet d’obtenir plusieurs services spécialisés. La présence de ces deux hôpitaux sur notre territoire permet aux citoyens d’obtenir des soins de santé, une réalité non négligeable que d’autres MRC du Québec ne connaissent pas.»

Plusieurs déplorent que comme nous sommes une région éloignée, les personnes qui ont besoin de soins spécialisés doivent se déplacer sur une grande distance. Comment serait-il possible de remédier à cela?

«La réalité d’autres MRC nous confirme que le système de santé peut être très fragile dans les territoires éloignés. En ce sens, nous demeurons très prudents et restons impliqués. Nous maintenons une collaboration étroite avec le CISSS des Laurentides qui, comme nous, tente de répondre aux préoccupations et aux besoins du milieu. L’accès aux soins de santé est une condition essentielle à l’occupation du territoire et à la vitalité des citoyens, c’est pourquoi cela demeure un dossier prioritaire pour la MRC.»

Pensez-vous que notre MRC soit en détresse et est-ce que, selon vous, les deux centres hospitaliers sur notre territoire sont en mesure de bien desservir la population?

«Dans un monde idéal, il y aurait un spécialiste par domaine dans chacune des MRC du Québec. Il demeure toutefois utopique de croire que cela pourrait être possible à court ou moyen terme. Récemment, la MRC s’est dotée d’un comité de Vigie Santé pour assurer des suivis auprès de la direction du CISSS des Laurentides afin que cette dernière comprenne les enjeux de notre territoire en matière de santé et qu’elle puisse nous partager les actions entreprises afin de répondre aux différents besoins. Bonne nouvelle: le comité Vigie Santé compte également sur la collaboration de la nouvelle députée de Labelle, Chantale Jeannotte. Rappelons qu’au mois de mai dernier, le comité, à la suite de ses rencontres avec le représentant du CISSS des Laurentides, a obtenu 6 PREM (permis de pratique) afin que de futurs médecins souhaitant venir pratiquer sur notre territoire puissent le faire. Du coup, cela pourrait pallier aux départs à la retraite et aux autres enjeux liés à la pénurie de médecins, tel que la réduction de la liste d’attente pour les médecins de famille qui a connu une augmentation dans les dernières années.»

Comment voyez-vous la nomination de Sylvain Pagé au poste d’adjoint au président-directeur général adjoint du CISSS et croyez-vous que ce sera bénéfique pour la région?

«La nomination de Sylvain Pagé au poste de PDGA du CISSS constitue également une bonne nouvelle pour la MRC. Avec sa grande connaissance des enjeux du territoire, notamment en santé, il sera un atout précieux dans les démarches entreprises. Situé sur le territoire de la MRC, le bureau de M. Pagé permettra une proximité et une grande disponibilité de cette ressource.»

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel