Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
5 décembre 2018

Lac-des-Écorces désire devenir village-relais

Kathleen Godmer , journaliste

Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces (photo: gracieuseté – MRC d’Antoine-Labelle).
Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces (photo: gracieuseté – MRC d’Antoine-Labelle).

Lac-des-Écorces souhaite devenir un village-relais et a fait une demande à la MRC d’Antoine-Labelle afin que celle-ci accepte de soumettre en ce sens une recommandation auprès du ministère des Transports (MTQ).

Un village-relais est une municipalité reconnue par le MTQ qui offre, avec l’aide de ses commerçants, une diversité de services et un lieu d’arrêt agréable et sécuritaire. «À l’époque où Rivière-Rouge avait été nommée village-relais, on avait aussi fait la demande, mais c’est elle qui l’avait obtenu, maintenant qu’elle se retire du village-relais… On essaie encore puisqu’on remplit amplement tous les critères», a raconté Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorce.

Du côté de Rivière-Rouge, le maire, Denis Charrette, a expliqué que la Ville se retirait, car suite à une évaluation, on a conclu que l’ensemble des services requis pour avoir l’appellation ne répondait plus aux exigences.

Plusieurs étapes

L’obtention de l’appellation village-relais relève de l’initiative de la municipalité qui doit être recommandée par sa MRC. Quatre étapes doivent être respectées pour obtenir le titre.

Premièrement, la municipalité doit signifier à sa MRC sa volonté de faire partie du réseau des villages-relais. Ensuite, la MRC s’assure que la municipalité intéressée respecte les conditions d’admissibilité et propose alors au MTQ sa candidature. Après validation des conditions d’admissibilité, le ministre peut alors désigner la municipalité comme municipalité candidate.

Par la suite, la municipalité devenue candidate prépare un dossier de candidature, qui comprend un diagnostic et un plan d’action, tout en mobilisant la population et les acteurs locaux.

Finalement, la municipalité présente au Comité des villages-relais son dossier de candidature et sur avis favorable du comité, le ministre décerne l’appellation village-relais.

Beaucoup d’exigences

Plusieurs critères sont exigés pour réussir à obtenir le titre. «Il y a toute une panoplie de critères qui sont demandés. Par exemple, on doit être sur une route nationale comme la 117. Il faut que la municipalité puisse offrir des endroits de restauration, des postes d’essence, des toilettes publiques ouvertes 24h, du stationnement sécuritaire autant pour les voitures, camions ou VR. On doit avoir des téléphones publics, offrir de l’hébergement, du remorquage 24h, des services bancaires. Une autre chose importante qui est demandée, c’est d’avoir un dispositif pour les eaux usées des VR… Bien sûr, j’en passe, mais Lac-des-Écorces est en mesure de répondre à ce qui est exigé», a expliqué M. Flamand.

La seule chose qui manque à la municipalité, mais qui n’est pas encore une demande obligatoire de la part du MTQ, c’est d’avoir une borne de recharge pour les voitures électriques. «On ne l’a pas encore, mais ça s’en vient sous peu. Le projet est en marche», précisait le maire.

Extrêmement positif

M. Flamand se disait très confiant d’avoir une réponse favorable puisqu’il est certain que sa municipalité répond à tous les critères. «J’ai parlé avec le président des villages-relais du Québec et il m’a confirmé que toutes les chances étaient de notre côté. De plus, Rivière-Rouge s’est retirée en nous recommandant. On attend une réponse officielle pour le début 2019», a-t-il affirmé.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel