Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
5 décembre 2018

Rivière Rouge

Accusations de possession de drogue dans le but d’en faire le trafic

Gilles C. Poirier

Deux personnes arrêtées par la Sûreté du Québec le 17 novembre ont comparu au Palais de justice de Mont-Laurier (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Deux personnes arrêtées par la Sûreté du Québec le 17 novembre ont comparu au Palais de justice de Mont-Laurier (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 19 novembre dernier au Palais de justice de Mont-Laurier, deux personnes ont été accusées de possession de drogue dans le but d’en faire le trafic.

Une femme et un homme de 53 ans de Mont-Laurier ont comparu devant le tribunal pour y être accusés de possession de cocaïne, de méthamphétamines de haschich et de cannabis en vue d’en faire le trafic.

L’homme a également été accusé de ne pas s’être conformé à des ordonnances du tribunal et d’avoir également conduit un véhicule pendant qu’il lui était interdit de le faire.

Enquête sur remise en liberté

L’audience pour l’enquête de remise en liberté de la dame s’est tenue les 26 et 28 novembre 2018. Le policier de la Sûreté du Québec (SQ) qui a procédé à l’arrestation des deux suspects est venu témoigner et a décrit les évènements.

Il a déclaré avoir intercepté le véhicule des suspects à proximité de la sortie 162 de la route 117, à Rivière Rouge, vers 4h30 le matin du 17 novembre 2018.

Lorsque le conducteur est sorti du véhicule, il a aperçu dans la portière un sac transparent contenant de la cocaïne. Le véhicule a été fouillé et le policier a saisi 1 003 comprimés de méthamphétamines, 148 grammes de haschich, 375 grammes de cannabis et 28 grammes de cocaïne.

L’homme conduisait malgré le fait qu’il n’avait pas de permis de conduire, mais le véhicule était immatriculé au nom de la dame. La police aurait eu des informations avant le début de l’enquête de remise en liberté que le véhicule appartiendrait à l’homme.

Les deux suspects ont été mis en état d’arrestation et conduits au poste de la SQ à Mont-Laurier. Le véhicule a quant lui a été saisi comme bien infractionnel.

La remise en liberté est refusée

La juge Michèle Toupin a refusé la remise en liberté de l’accusée qui devra demeurer en détention jusqu’à la fin des procédures. La juge a motivé sa décision par l’insouciance démontrée par l’accusée et les facteurs aggravants: la préméditation, la connaissance de ses actes, ses antécédents.

Pour ce qui est de l’enquête sur remise en liberté de l’homme, elle a été fixée au 7 janvier 2019. Ce dernier, bien connu des policiers, a de très nombreux antécédents en matière de stupéfiants, fraude, méfaits, voies de fait graves, méfaits, facultés affaiblies, bris de conditions.

Nouvelle loi sur le cannabis

Les accusations sur la possession de cannabis ont été portées selon la nouvelle loi sur le cannabis, entrée en vigueur le 17 octobre 2018. L’article 9 stipule qu’il est interdit d’avoir en sa possession en vue de la distribuer plus de 30 grammes de cannabis séché. La peine par mise en accusation pour cette infraction peut atteindre un emprisonnement maximal de 14 ans.

«C’est un modus operandi des trafiquants de drogues d’utiliser des prête-noms.» – Témoignage du policier de la Sureté du Québec

Partager:

Gilles C. Poirier