Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
30 novembre 2018

Revitalisation du Centre-ville

Projet modifié: la Ville veut jouer de prudence

Kathleen Godmer , journaliste

Cette portion de la rue de la Madone fait toujours partie du projet révisé de revitalisation du centre-ville de Mont-Laurier (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Cette portion de la rue de la Madone fait toujours partie du projet révisé de revitalisation du centre-ville de Mont-Laurier (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

La Ville de Mont-Laurier a présenté une nouvelle version de son projet de revitalisation du centre-ville à son comité partenaire le 27 novembre dernier. Les modifications proposées par la Ville ont été bien reçues de la part des membres du comité. Par souci de transparence le conseil municipal désire maintenant informer la population de ce que devient le projet.

Ce qu’il faut retenir

Au départ, la totalité du projet présenté était estimée à 12 M$, mais a vu ses coûts de réalisation grimper lors des évaluations faites ces derniers mois, pour atteindre plus de 14 M$. La Ville a aussi appris que la contribution gouvernementale de 4 M$, versée dans le cadre du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ) ne pouvait pas être admissible à 100%. On a donc décidé d’adapter le projet en le divisant et en mettant l’accent sur une première phase.

Le projet sera à plus petite échelle. Les travaux sur la rue de la Madone seront réalisés entre la rue Chasles et la rue du Pont. La portion de la rue du Pont qui sera revitalisée ira maintenant de la rue de la Madone vers le pont Reid.

Actuellement, on travaille sur l’optimisation et la réévaluation des coûts par Hydro-Québec et par la Ville afin de finaliser le montage financier. La décision définitive concernant la phase I du projet révisé sera dévoilée en mars 2019 et dans la mesure où le projet serait confirmé, les travaux seront faits pendant l’été 2020.

Ce qu’ils ont dit

«Nous avons hésité à tenir ce point de presse, car pour certains aspects nous n’avons pas encore de réponses précises à donner. Il reste des étapes et des évaluations à compléter, mais par souci de transparence face à nos concitoyens et commerçants, nous avons jugé que nous devions les informer.»—Isabelle Nadon, conseillère

«Dans le cadre de nos démarches pour avoir de l’aide financière, nous avons rencontré les différents paliers de gouvernements concernés afin d’avoir l’heure juste pour établir notre budget et voir les impacts possibles sur le niveau d’endettement de la Ville.»—Daniel Bourdon, maire

«On ne change rien à ce qui avait été présenté sur le plan des infrastructures. La différence c’est que tout ce qui touchait la rue du Pont sera remis à plus tard. La nouvelle proposition sauve des coûts tout en mettant l’accent sur une zone plus touristique de la ville.»—François Leduc, directeur général

Faits saillants

À l’origine, la rue du Pont, entre le Boulevard Albiny-Paquette et le rue de la Madone, ainsi que la rue de la Madone, entre la rue Mercier et la rue du Pont, étaient au cœur du plan de revitalisation.

Les travaux projetés visaient et visent encore le remplacement des égouts et de l’aqueduc, l’enfouissement du réseau câblé, trottoir, éclairage, foresterie urbaine et mobilier, pour ne nommer que ça.

La décision de modifier le projet a été prise en tenant compte des autres projets d’envergures projetés par la Ville (piscine, aéroport, voie d’accès au Parc industriel, bibliothèque, station d’épuration des eaux usées…) et dans l’objectif de respecter la capacité financière de la Ville qui ne veut pas en venir à augmenter les taxes des citoyens.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel