Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
7 novembre 2018

Sonia LeBel veut s’investir pour les citoyens

Kathleen Godmer , journaliste

Sonia Lebel, nouvelle ministre de la Justice (photo: gracieuseté – Olivier Croteau).
Sonia Lebel, nouvelle ministre de la Justice (photo: gracieuseté – Olivier Croteau).

Nouvelle ministre de la Justice et députée de Champlain en Mauricie, Sonia LeBel est originaire de Mont-Laurier, avocate de profession et a fait un passage remarqué comme procureure en chef à la Commission Charbonneau. Ses objectifs: s’investir pour les citoyens et travailler sur un meilleur accès à la justice.

Chantale Jeannotte, relativement inconnue dans la circonscription à ce jour, a réussi le tour de force de déloger Sylvain Pagé dans son château fort de Labelle. Vous avez choisi de vous présenter dans Champlain. Rétrospectivement, il est clair que vous auriez pu gagner dans Labelle si vous vous y étiez présentée. Pourquoi avoir préféré la circonscription de Champlain et, par le fait même, privé Labelle d’une ministre?

Il était important pour moi de choisir une circonscription où je me sens bien et où j’ai le goût de m’investir pour les citoyens. Cela aurait très certainement pu être le cas de Labelle. J’aurai toujours un attachement pour la région. J’ai grandi à Mont-Laurier et mes parents y habitent toujours. Mais les réalités de ma vie familiale et personnelle font en sorte que cela rendait ce choix impossible. J’ai choisi Champlain parce que j’y ai également des attaches. J’ai de la famille et des amis en Mauricie. J’y ai un chalet depuis quelques années. Cela me permet de conjuguer ma vie de député et ma vie de famille de façon plus harmonieuse. Les citoyens de Labelle ne sont pas perdants. Ils se sont dotés d’une députée compétente et dévouée qui saura porter leur voix à l’Assemblée nationale.

Est-ce que vous vous attendiez à devenir ministre et êtes-vous heureuse du ministère qu’on vous a attribué?

En me lançant dans l’aventure, il y a de cela un an et demi, il n’y avait aucune certitude que la CAQ serait au pouvoir. Quand j’ai fait le choix de me joindre à eux, nous étions troisièmes dans les sondages. Personne ne peut jamais affirmer qu’il s’attendait à être ministre. Je l’espérais, mais, comme tous mes collègues, je sais que la décision appartient au premier ministre et il faut toujours se préparer en conséquence. Je suis très heureuse et privilégiée des mandats que le premier ministre m’a confiés. Ce sont de grandes responsabilités et je suis touchée de sa confiance.

Après plusieurs années de sous-représentation au gouvernement, les Laurentides voient quatre de ses députés devenir ministres. Qu’en pensez-vous et selon vous qu’est-ce que ça va changer pour cette région?

Beaucoup de choses vont changer pour les régions sous le nouveau gouvernement. Le premier ministre veut que nous restions près des préoccupations des gens et soyons à leur écoute. Les régions auront enfin leur juste représentation dans un gouvernement qui était, jusqu’à présent, trop axé sur les centres urbains.

Quels seront les grands dossiers auxquels vous devrez vous attaquer en tant que ministre de la Justice et de quelle manière les aborderez-vous, quelle sera votre façon de faire?

En tant que ministre de la Justice, je suis grandement préoccupée par les questions d’accès à la justice. Je suis convaincue qu’un meilleur accès nécessite une modernisation de la justice et la transformation de nos façons de faire. Cela passe, entres autres, par un virage numérique de nos palais de justice.

Lors de la campagne électorale, la nouvelle députée de Labelle, Chantale Jeannotte, pour montrer comment elle comptait s’y prendre pour avoir votre collaboration, a mimé quelqu’un qui cogne à la porte d’un bureau, en disant: «Mettons Sonia Lebel est élue. Elle vient d’ici. Sonia? T’es ma chum. Moi là, ça me prend une maison de Gilles-Carle, je la veux à Mont-Laurier. Comprenez-vous? C’est ça que je vais faire pour vous». Êtes-vous d’accord avec cette façon de faire?

Chantale est une personne compétente qui sera une excellente députée. La connaissant, je suis convaincue qu’elle saura toujours à quelle porte il faut cogner pour défendre adéquatement les intérêts des citoyens de la circonscription de Labelle. Ils sont choyés de l’avoir.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel