Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
23 octobre 2018

Production d’énergie et de produits à partir de la forêt

Kathleen Godmer , journaliste

Le comité organisateur composé de Justine Q. Ethier, Mélissa Thibault et François Racine de Signature Bois Laurentides ainsi que Frédéric Houle du CLD d’Antoine-Labelle (photo: Kathleen Godmer—Le Courant des Hautes-Laurentides).
Le comité organisateur composé de Justine Q. Ethier, Mélissa Thibault et François Racine de Signature Bois Laurentides ainsi que Frédéric Houle du CLD d’Antoine-Labelle (photo: Kathleen Godmer—Le Courant des Hautes-Laurentides).

Signature Bois Laurentides et le Centre local de développement d’Antoine-Labelle (CLD) invitaient, le 18 octobre dernier, les entreprises forestières et de transformation du bois ainsi que les gens intéressés par le développement économique de la région, à une journée de huit conférences portant sur les bioproduits et la bioénergie à partir de la biomasse forestière.

Un grand potentiel pour l’économie locale

Ce qu’il faut retenir

- Divers conférenciers provenant de centres de recherche, d’institutions d’enseignement et d’entreprises sont venus à Mont-Laurier afin d’outiller et motiver les gens de la région à saisir les opportunités qui découlent de cette ressource renouvelable qu’est le bois.

- Marc-André Hinse, ingénieur forestier, et Benoît Deschênes-Simard, doctorant en chimie et enseignant au Centre collégial de Mont-Laurier, ont profité de l’événement pour tenir un point de presse concernant un projet de validation technologique et d’analyse de marché d’un procédé de transformation de la biomasse en vue de la mise sur pied d’une usine de bioproduits dans la région.

- Un des principaux objectifs de la journée était de mettre à l’avant-plan la consolidation et la croissance de l’industrie forestière régionale par la valorisation de la biomasse forestière.

Ce qu’ils ont dit- «Il y a un engouement sur les marchés des produits issus de la biomasse forestière, la région doit saisir cette opportunité. C’est pour cette raison que nous sommes associés à Signature Bois Laurentides pour organiser l’événement d’aujourd’hui.»—Frédéric Houle, directeur général du CLD d’Antoine-Labelle

- «Comme industrie, nous devons être en mesure de nous doter d’une stratégie de développement industriel pour développer des produits d’avenir à valeur ajoutée. La bioéconomie est une filière prometteuse pour arriver à ces fins.» —Justine Q. Ethier, directrice générale de Signature Bois Laurentides

- «Aujourd’hui on s’adressait aux entreprises sylvicoles et de la 1ère et 2ème transformation du bois. On a une quinzaine d’entreprises qui se sont déplacées et il y en a même de l’extérieur. Ça a suscité beaucoup d’intérêt. Les autres personnes présentes, proviennent du développement économique, MRC, municipalité, maires…» —Mélissa Thibault de Signature Bois Laurentides

Faits saillantsOn appelle biomasse forestière tous les résidus forestiers comme les branches, les arbres morts, les résidus de récolte qui sont pratiquement inexploités et qui offrent un immense potentiel.

La transformation de cette biomasse offre une solution de remplacement aux produits fabriqués à partir de pétrole.

Près de 55 personnes composaient l’auditoire lors de la journée, dont une quinzaine d’entreprises du secteur forestier et de la transformation du bois ainsi que des organismes régionaux œuvrant pour le développement économique.

Le projet d’usine de bioproduits qui a été annoncé est issu d’un partenariat de trois entreprises de la région et de Raymond Le Van Mao, professeur de l’Université Concordia qui a développé le procédé. Les trois entreprises sont: les Exploitations JYB Papineau, la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides et les Créations Madéro.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel