Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
10 octobre 2018

La nouvelle députée de Labelle

Chantale Jeannotte n’a jamais cessé d’y croire

Yves Rouleau - Info Nord

La nouvelle députée de Labelle Chantale Jeannotte (photo: Yves Rouleau – L’Information du Nord).
La nouvelle députée de Labelle Chantale Jeannotte (photo: Yves Rouleau – L’Information du Nord).

Emportée par un véritable tourbillon après sa victoire électorale surprise qui en fait la nouvelle députée de Labelle, Chantale Jeannotte a tenu à se ménager un petit moment pour aller voir sa mère âgée de 93 ans. Cette rencontre a sans doute été pour elle l’intermède le plus émotif du présent chapitre irréel.

La nouvelle élue n’a pas pu se retenir de pleurer en relatant cette rencontre, lors de l’entrevue avec L’information du Nord. « Ma mère a grandi dans une famille de 12 enfants à Dolbeau au Lac-Saint-Jean, où il n’y avait même pas l’eau courante à la maison. Elle nous a transmis l’importance de la famille et de l’éducation. Elle reste encore aujourd’hui une passionnée de politique», relate avec émotion Chantale Jeannotte, qui a grandi à Montréal-Est et au chalet de Saint-Côme, dans Lanaudière.

Un rêve d’être comédienne

Après le secondaire, la cadette de cinq enfants s’inscrit au Conservatoire LaSalle dans le programme de science de la parole. « J’avais 17 ans et un rêve d’être comédienne », dit-elle avec une étincelle dans les yeux. C’est aussi durant cette période qu’elle vit ce qu’elle considère alors comme le premier échec de sa vie. «J’ai passé des auditions à l’École nationale de théâtre, mais on ne m’a pas retenue», dit-elle.

Une fois la déception surmontée, elle s’inscrit au baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal. «Je m’intéressais à la politique de l’angle d’un politicologue et non pas de manière partisane. Je voulais être comme mon idole Madeleine Poulin (journaliste Radio-Canada)», relate-t-elle.

Après un séjour d’étude à Paris, la jeune diplômée obtient l’emploi souhaité de journaliste à Radio-Canada, à Edmonton, où elle vit pendant un an avec son conjoint Marc Lemay, un grand sportif de Mont-Tremblant. Le couple s’installe ensuite à Ottawa et elle se résout à abandonner le journalisme pour une carrière à la fonction publique, d’abord au Bureau du Conseil privé, à Patrimoine Canada puis à Développement économique Canada.

À travers cette vie professionnelle mouvementée, Chantale Jeannotte a toujours trouvé un point d’ancrage pendant les fins de semaine et les vacances à Mont-Tremblant.

«C’est allé me chercher lorsque les gens me disaient durant la campagne électorale que je n’étais pas quelqu’un de la place. Mon conjoint vient d’une famille très enracinée à Mont-Tremblant. J’y ai passé toutes mes fins de semaine et mes vacances depuis 30 ans avec mes deux enfants sportifs», mentionne-t-elle.

Un destin qui se dénoue

Son existence a pris un nouveau tournant en 2011, d’abord subtilement en apprenant à la radio la formation de la CAQ, un nouveau parti politique. En 2017, elle apprend que le parti cherche un candidat dans Labelle et signale son intérêt. On la choisit et elle prend sa carte de membre du parti en novembre 2017.

Moins d’un an plus tard, Chantale Jeannotte se retrouve dans la bataille électorale. Le fait que des personnes rompues aux campagnes électorales comme Jean Pominville, Anne-Marie Jasmin et Chantal Paradis se joignent spontanément à elle montre un mouvement de l’opinion publique. «Je leur dois beaucoup pour ma victoire», dit-elle.

La nouvelle députée de Labelle savait qu’elle se mesurait à Sylvain Pagé, un député sortant populaire, dans un bastion péquiste. Elle n’a jamais cessé d’y croire toutefois et, aujourd’hui, elle a l’impression que c’est en quelque sorte son destin tapi dans l’ombre qui se manifeste. «Je regarde en arrière et c’est comme si j’avais semé inconsciemment de petites graines tout au cours de ma vie qui me menaient à un poste de député», mentionne-t-elle.

«Je regarde en arrière et c’est comme si j’avais semé inconsciemment de petites graines tout au cours de ma vie qui me menaient à un poste de député.»

– Chantale Jeannotte, députée deLabelle

Partager:

Yves Rouleau - Info Nord