Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
10 octobre 2018

Classes zen

Un projet pilote débute à l’École de la Carrière

Kathleen Godmer , journaliste

L’équipe de l’École de la Carrière avec Michèle Corbeille et Dina Mourelatos qui ont mis sur pied le programme ainsi que les docteurs Ludivine Dugas et Kim Ouellet qui parrainent le projet (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
L’équipe de l’École de la Carrière avec Michèle Corbeille et Dina Mourelatos qui ont mis sur pied le programme ainsi que les docteurs Ludivine Dugas et Kim Ouellet qui parrainent le projet (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Un projet pilote de classes zen a été mis sur pied par Michèle Corbeille et Dina Mourelatos du Studio Yoga Harmonia et débutera le 19 octobre prochain à l’École de la Carrière. Au grand plaisir de l’équipe-école, une série de huit ateliers de méditation pleine conscience sera offerte à chacune des classes de l’école.

Dernièrement, Michèle Corbeille et Dina Mourelatos ont fait une proposition d’offre de services à la Commission scolaire Pierre Neveu (CSPN) pour mettre sur pied ce projet de classes zen. Comme ce n’est pas toujours facile d’obtenir des fonds pour ce genre de programmes, Dre Ludivine Dugas et Dre Kim Ouellet se sont manifestées afin de montrer leur intérêt et proposer de payer, en totalité, les coûts du projet pilote qui sont de 500$ par classe. Proposition généreuse qui a tout de suite été acceptée et qui permet de commencer les ateliers sous peu.

L’école de la Carrière fera le test

Plusieurs rencontres ont eu lieu entre les deux partenaires, la direction et les enseignants ainsi qu’avec les deux médecins qui parrainent le projet. Le programme a été créé sur mesure pour les besoins du milieu et tous travaillent de pair pour que ce soit bien réussi.

«La raison première qui a porté mon choix sur l’École de la Carrière vient du fait que ma fille la fréquente, mais j’ai vraiment une grosse clientèle d’enfants qui viennent à cette école. Je constate, au bureau, qu’il y a de plus en plus de jeunes qui souffrent de troubles d’anxiété et si on ne leur donne pas des outils tout de suite, ils vont finir par devenir des adultes qui trainent des problématiques de plus en plus graves. Moi, mon but avec ce projet pilote, c’est de le développer partout dans la commission scolaire par la suite, racontait Dre Ludivine Dugas.

Équipe qualifiée

C’est en 2015 que Michèle découvre la méditation pleine conscience qu’elle intègre à son travail de psychologue et qu’elle se met à enseigner. De son côté, Dina enseigne le yoga. Les deux femmes décident donc de s’associer et d’ouvrir un studio.

Avoir la chance de présenter ce nouveau programme dans une école est une opportunité qu’elles veulent exploiter au maximum afin de partager avec les jeunes leurs connaissances, techniques et outils qui les aideront à se reconnecter et à aller chercher à l’intérieur de soi, ce dont ils ont besoin pour améliorer leur mieux-être.

«Lorsqu’on se met à pratiquer la méditation pleine conscience, ç’a un impact immédiat sur nos vies. Comme Michèle et moi, on le vit nous-même sur le plan personnel, on sait que ça fonctionne vraiment et on a envie de le partager, de le faire découvrir. Depuis 2013, je peux dire que le yoga et la méditation ont changé beaucoup de choses dans ma vie. On ne dit pas que ça règle tous les problèmes, mais ça aide à avoir une autre perception de ceux-ci et ça facilite la tâche pour trouver les moyens pour les régler», expliquait Mme Mourelatos.

Une rencontre avec les parents aura lieu sous peu afin de leur expliquer en détail ce que sera le projet et, à la fin de celui-ci, questionnaires et suivis seront faits auprès des enfants et des enseignants pour savoir s’ils ont apprécié l’expérience et évaluer les changements et les impacts que cela aura apporté sur le plan personnel et sur le plan de la gestion de classe.

«Je suis certaine que ça va être tellement bien, que ça va se jaser et que les autres médecins vont nous suivre et embarquer eux aussi pour parrainer d’autres écoles.» – Dre Kim Ouellet

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel