Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 octobre 2018

Gestion de l’offre: Ottawa compensera les pertes des producteurs

Simon Dominé , Rédacteur en chef

David Graham, député de Laurentides-Labelle (photo: gracieuseté).
David Graham, député de Laurentides-Labelle (photo: gracieuseté).

Les pertes subies par les producteurs laitiers dans le cadre de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) seront compensées, assure le député de Laurentides-Labelle, David Graham. Ce dernier estime qu’avec cet accord signé à la dernière minute avec l’administration Trump, Ottawa a «limité les dommages».

Malgré des concessions majeures et la colère des producteurs laitiers, vous soutenez que votre gouvernement a sauvé la gestion de l’offre. Ne pensez-vous pas plutôt l’avoir condamnée?

Non, pas du tout. La première priorité du président Trump était de nous faire carrément abolir le système de gestion de l’offre, mais nous avons résisté à la menace et limité les dommages à ce que les États-Unis auraient eu s’ils ne s’étaient pas retirés du PTPGP (l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste, ndlr). Il n’y a pas d’autres pays signataires du PTPGP capables en ce moment de remplir leurs quotas dans cet accord. Avec le PTPGP et l’AECG (l’Accord économique et commercial global, ndlr) confirmés et avec l’entente de l’AEUMC, le Canada n’envisage aucun autre accord commercial qui pourrait mener à d’autres concessions dans ce domaine.

Vous avez envoyé aux médias un communiqué de presse le 1er octobre au sujet de la gestion de l’offre, avant de leur renvoyer une version modifiée le lendemain dans laquelle vous reconnaissez que les producteurs laitiers subissent des pertes. Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ces modifications?

La précision portait principalement sur l’appel lancé aux citoyens de favoriser les produits libellés avec la vache bleue, qui signifie que le produit est fait à 100% de lait canadien. J’ai également précisé que nous cherchons, ensemble, des idées créatives dans le marché d’exportation, pour les produits autres que le lait en poudre. La diversification est importante pour notre croissance, dans tous les secteurs.

Vous indiquez que «Nous allons faire le nécessaire pour assurer une compensation équitable et un avenir fort pour le secteur laitier de notre région». Concrètement, quelles mesures votre gouvernement va-t-il prendre pour compenser les pertes des producteurs laitiers des Hautes-Laurentides et quand?

Nous allons mettre en place un programme de compensation juste et équitable, dans les meilleurs délais, qui répond aux besoins et attentes des producteurs. Ce programme sera établi dans un esprit de collaboration entre le gouvernement et les producteurs, et je vais me battre pour assurer le suivi, surtout au sein des Caucus rural et du Québec.

Les producteurs laitiers et les chefs de partis politiques québécois ne voulaient aucune nouvelle brèche dans la gestion de l’offre. L’inverse s’est produit. Pensez-vous avoir vraiment défendu les intérêts de vos concitoyens dans le cadre de cet accord avec les États-Unis?

Les chefs étaient en mode électoral et disaient ce qu’ils devaient dire durant la campagne, sans aucune responsabilité envers le processus. Nous avons travaillé avec l’ancien gouvernement et nous travaillerons avec le nouveau gouvernement pour protéger les intérêts du Québec et des Québécois. Le système de gestion de l’offre était défendu dans ces négociations et, comme déjà expliqué, les pertes subies seront compensées. Avec cet accord, nous pourrons continuer de défendre les travailleurs de notre industrie du bois d’œuvre, en vertu du maintien du mécanisme de règlement des différends, que le gouvernement américain voulait nous faire abandonner comme la gestion de l’offre. Nous pourrons continuer à soutenir nos producteurs et diffuseurs culturels, en vertu du maintien de l’exception culturelle. Une économie stable et en croissance ne peut qu’être bénéfique pour les travailleurs de notre industrie touristique. Les concessionnaires automobiles de la région et les entrepreneurs reliés au domaine automobile et au transport vont pouvoir continuer à investir ici et contribuer au maintien et à la création d’emplois. Il s’agit là d’exemples concrets des intérêts des citoyens de Laurentides—Labelle.

Vous dites que «nous avons un devoir de soutien à notre économie régionale» en s’assurant notamment de consommer des produits laitiers 100% canadiens. Quelles mesures votre gouvernement prendra-t-il pour inciter les consommateurs à privilégier les produits canadiens plutôt que les produits américains?

Une identification claire du logo de la vache bleue, certifiant que le produit est fait à 100% de lait canadien, permet aux consommateurs de faire un choix avisé. Notre soutien se fait aussi par la connaissance de nos produits d’ici : je serai toujours présent pour promouvoir nos entreprises et inviter nos concitoyens à les encourager.

«Je vais me battre pour assurer le suivi.» – David Graham

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel