Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
5 octobre 2018

Hockey

Entrevue avec le directeur général des Montagnards

Renaud Gilraldeau

Au centre, Dominic Bell, directeur général des Montagnards, est heureux de constater que l’engouement du public est au rendez-vous (photo: Renaud Giraldeau – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Au centre, Dominic Bell, directeur général des Montagnards, est heureux de constater que l’engouement du public est au rendez-vous (photo: Renaud Giraldeau – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le Courant s’est entretenu avec le directeur général des Montagnards de la LHSAO, Dominic Bell, afin de faire le point sur l’équipe qui amorçait sa saison régulière sur la route le 6 octobre à Maniwaki.

Dominic Bell semblait confiant en ce début de saison, prenant soin de demeurer humble face aux excellentes performances offertes aux partisans durant les matchs hors-concours : «C’est dur de confirmer notre niveau. Pour l’instant on pense qu’on a une bonne équipe, mais on a pas eu l’occasion de jouer contre Vaudreuil et Cornwall qui ont l’air d’être pas mal du même niveau».

L’état-major des Montagnards a signé 30 joueurs, le maximum permis par la ligue, dont une quinzaine sont identifiés comme faisant partie du noyau central : «Il devrait y avoir environ cinq joueurs qui vont tourner dépendamment des disponibilités des gars. Selon les équipes qu’on affronte, on pourra s’ajuster, si on veut être un peu plus robuste ou un peu plus vite, on a cette latitude-là».

Une équipe d’abord et avant tout

Le directeur général n’ose pas trop s’avancer sur des noms de joueurs qu’on pourrait considérer comme les vedettes du club, rappelant que tous les joueurs qui sont dans l’équipe sont d’abord présents pour la passion de jouer au hockey : «Il y a des joueurs qui ont joué du hockey de haut niveau dans le passé, on les a sortis de leur retraite. Le mot d’ordre des Montagnards c’est la passion, le respect et l’équipe. C’est très beau de les voir se remettre en forme».

M. Bell n’était pas inquiet de sortir autant de joueurs de leur retraite du hockey, plaidant que leur remise en forme se déroule bien: «Je vois des gars qui, de leur propre aveu, sont probablement plus en forme présentement que lorsqu’ils étaient jeunes et se fiaient à la forme naturelle. Là dans la trentaine, ils ont dû mettre les bouchées doubles et s’entrainer pour vrai, alors ils se sentent en forme».

Le directeur général fait pleinement confiance à son équipe d’entraîneurs composée d’Éric Bruneau, entraineur-chef; Pierre Millaire, entraineur des attaquants; Patou Millette, entraineur des gardiens et lui-même, entraineur des défenseurs.

«Je suis DG dans la semaine, mais dès que je mets ma cravate d’assistant-coach je ne suis plus DG et j’écoute Éric, c’est lui qui prend les choses en main». Son côté assistant-entraîneur des défenseurs veut instaurer un système agressif sur le porteur de la rondelle en zone défensive afin de profiter des défenseurs ayant un bon instinct offensif, tels Jasmin Duguay et Jesse Lebreton.

Un plus pour la région

En guise de conclusion, M. Bell a partagé avec émotion sa joie de voir que les partisans sont au rendez-vous et que la ville prend vie les soirs de matchs, considérant que près de 1 000 personnes se sont déplacées lors de l’affrontement contre Maniwaki :

«Plusieurs commerçants ont remarqué les gens qui allaient souper ou prendre une bière après le match. Ça fait vivre l’économie, ça bouge. Voir les deux côtés des estrades pleins, c’était beau à voir. C’est à ça que ça sert un aréna selon moi».

C’est ce qui le motive à travailler fort pour avoir une équipe solide, en espérant que ce soit le début d’une longue aventure.

«Je suis DG dans la semaine, mais dès que je mets ma cravate d’assistant-coach je ne suis plus DG et j’écoute Éric». – Dominic Bell, directeur-général des Montagnards

Partager:

Renaud Gilraldeau