Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:

Mont-Laurier

Quatre hommes de main condamnés à deux ans de prison

Gilles C. Poirier

Quatre hommes de Montréal et de Deux-Montagnes ont écopé d’une peine de deux ans d’emprisonnement pour des faits survenus le 6 septembre dernier à Mont-Laurier (photo: pexels.com).
Quatre hommes de Montréal et de Deux-Montagnes ont écopé d’une peine de deux ans d’emprisonnement pour des faits survenus le 6 septembre dernier à Mont-Laurier (photo: pexels.com).

Gabriel Auclair 26 ans, Kevin Manno, 25 ans, Marc-André Di Schiavi, 28 ans, ainsi que Daniel Santana Terreno, 36 ans, ont plaidé coupable le 17 septembre 2018 au Palais de justice de Mont-Laurier à des accusations d’introduction par effraction et d’agression armée.

Le juge Jean-Jacques Gagné a immédiatement prononcé la sentence soit une peine d’emprisonnement de deux ans, assortie d’une probation de deux ans, d’une interdiction de posséder des armes à perpétuité et de l’obligation de se soumettre à un prélèvement d’ADN.

Les quatre individus, dont trois proviennent de Montréal et un de Deux-Montagnes, cumulent des antécédents judiciaires en matière de drogues et d’agressions armées. Ils sont connus des policiers.

L’agression

Le 6 septembre 2018, quatre individus cagoulés se sont introduits par effraction dans un garage situé à l’arrière d’une résidence, sur le chemin du lac Nadeau, à Mont-Laurier. Une personne y faisait des travaux de mécanique. Elle a averti ses assaillants qu’il y avait des caméras. Ces derniers l’ont frappée à la tête et ont ensuite pris la fuite.

Un appel a été logé au 911 à 23h35, pour signaler l’introduction par effraction et les voies de faits. Environ dix minutes plus tard, les quatre suspects ont été interceptés dans une opération à haut risque sur la rue Hébert à Mont-Laurier. Ils ont été mis en état d’arrestation et conduits au poste de police de la Sûreté du Québec (SQ).

Lors de l’arrestation des suspects, les policiers ont découvert dans le véhicule un bâton de baseball avec des traces de sang. Il a été expédié au laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale.

La comparution

Les quatre individus ont comparu le lendemain au Palais de justice de Mont-Laurier pour y être accusés. Ils se sont présentés en survêtement blanc fournis par les policiers, leurs vêtements ayant été saisis et expédiés également au laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale pour recherche d’indices.

Les accusés sont revenus devant le tribunal le 17 septembre dernier pour subir leur enquête sur remise en liberté. Ils ont finalement plaidé coupables et, sur suggestion commune des procureurs de la défense et du procureur des poursuites criminelles et pénales, le juge Jean-Jacques Gagné leur a imposé une peine d’emprisonnement de deux ans.

Interrogé par le juge Gagné sur la théorie de la poursuite, le procureur des poursuites criminelles et pénales a déclaré que «la victime a des antécédents en matière de drogues et c’est une commande pour venir le chercher et l’amener ailleurs».

D’ailleurs les quatre individus avaient été accusés de tentative d’enlèvement, mais un arrêt conditionnel a été prononcé lors de l’enregistrement de leur plaidoyer de culpabilité. Les quatre hommes étaient représentés par Me Benoit Cliche et Me André Laporte, deux avocats connus pour avoir défendu dans le passé des individus proches ou faisant présumément partie des Hells Angels.

En terminant, le juge Gagné a ajouté que les accusés s’en sortent bien. Ces derniers ont quitté le tribunal en souriant et ont même poussé l’audace d’applaudir.

Partager:

Gilles C. Poirier