Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
8 août 2018

Festival international Hautes-Laurentides

Père et fille sur scène

Kathleen Godmer , journaliste

C’est dans l’église de Notre-Dame-de-Pontmain que s’est conclue l’édition 2018 du Festival international Hautes-Laurentides (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
C’est dans l’église de Notre-Dame-de-Pontmain que s’est conclue l’édition 2018 du Festival international Hautes-Laurentides (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Lors du dernier spectacle présenté dans le cadre du Festival international Hautes-Laurentides le 4 août dernier, le public a pu découvrir gratuitement Éléonore et Éric Lagacé, qui proposaient aux gens présents à Notre-Dame-de-Pontmain un spectacle aux couleurs pop.

Bien sûr, on connaît déjà, ne serait-ce que de réputation, le contrebassiste et compositeur Éric Lagacé qui a accompagné les plus grands jazzmen tels qu’Oliver Jones, Vic Vogel, Rob McConnel et plusieurs autres, ici et partout dans le monde.

Toutefois, ce spectacle était surtout l’occasion de faire découvrir sa fille Éléonore, qui, peu à peu, se taille une place dans le milieu artistique. Grâce à sa participation à la très populaire émission La Voix, où elle s’est rendue en quart de finale, et à son premier rôle dans la production montréalaise «Footloose», le public apprend à faire sa connaissance. Ensemble, père et fille proposaient un spectacle où se côtoyaient sonorités jazz et chansons populaire.

Un spectacle à l’image d’Éléonore

La soirée a débuté par une petite causerie d’avant-spectacle où Alexandre Da Costa, directeur artistique du Festival international Hautes-Laurentides, s’entretenait avec Éric Lagacé. M. Lagacé a expliqué au public comment lui et M. Da Costa se sont connus. Il a aussi expliqué qui il était, quel a été son parcours et pourquoi il avait accepté de se joindre au festival en tant que compositeur résident.

M. Lagacé a aussi insisté sur le fait que le spectacle présenté se voulait une occasion de mettre sa fille à l’honneur: «C’est Éléonore qui a choisi le répertoire composé de ses coups de cœur. Par contre, cette semaine, j’ai un peu ajusté le tir. Éléonore compose ses propres chansons et j’ai insisté pour qu’elle en présente quelques-unes ce soir. C’est aussi elle, qui lorsque je lui ai demandé avec qui elle voulait travailler, a proposé comme musiciens Louis René à la batterie et Jean-François Hamel à la guitare».

Ce fut donc un spectacle à l’image de la jeune femme qui a été présenté et où elle a interprété une belle variété de chansons (Harmonium, Céline Dion, Lady Gaga et plus encore) incluant trois de ses compositions originales qui seront sur le premier album qu’elle s’apprête à sortir cet automne.

La jeune chanteuse était confiante et fière de travailler avec son père. «Je suis vraiment bien entourée, j’ai des parents dans le milieu qui m’aident et me supportent beaucoup. Ça n’arrive pas souvent d’avoir l’occasion de travailler ensemble, avec mon père, alors, quand ça se présente je dis oui tout de suite. C’est toujours très professionnel, mais en même temps très amusant. J’ai fait beaucoup de spectacles dans les églises grâce à ma mère et j’étais ravie de venir ici, dans cette merveilleuse église, qui soit dit en passant à une acoustique extraordinaire, mais cette fois avec mon père», affirmait-elle.

Des projets plein la tête et portée par une détermination inébranlable, Éléonore Lagacé n’a pas fini de faire parler d’elle.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel