Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
29 mai 2018

L’ARTERRE

Ouvrir la porte à la relève agricole

La MRC d’Antoine-Labelle déploie un nouveau projet pour assurer une relève agricole et valoriser les terres sous-exploitées de la région (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
La MRC d’Antoine-Labelle déploie un nouveau projet pour assurer une relève agricole et valoriser les terres sous-exploitées de la région (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Un nouvel outil visant à assurer une meilleure adéquation entre les agriculteurs d’aujourd’hui et ceux de demain est maintenant disponible dans les Hautes-Laurentides: L’ARTERRE.

L’enjeu de la relève agricole touche l’ensemble du Québec, mais la situation est «plus critique» dans la MRC d’Antoine-Labelle. C’est ce que révélait en 2015 son Plan de développement de la zone agricole (PDZA).

On apprenait alors qu’«en 2010 on relevait que près de la moitié des exploitations qui prévoyaient vendre d’ici cinq ans n’avait pas de relève prévue», comparativement à 36% des fermes à l’échelle provinciale.

Aussi, 85% des producteurs de bovins de boucherie, un secteur dont les revenus s’élevaient à 5,62 M$ en 2010, ne pouvaient miser sur une relève déjà établie, soit une personne de moins de 40 ans détenant des parts de l’entreprise.

La MRC d’Antoine-Labelle a donc décidé de mettre en place le projet L’ARTERRE, déjà présent dans d’autres MRC, pour assurer «la pérennité de ce secteur d’activité important» pour la région. Elle a procédé à son lancement le 22 mai dernier dans ses locaux du 425, rue du Pont, à Mont-Laurier.

L’ARTERRE viendra répondre à deux des 18 projets inscrits dans le PDZA, soit la «Valorisation des terres agricoles sous-exploitées» et la «Stratégie de soutien pour la relève agricole et le transfert de fermes».

Relève agricole et transfert de fermes

L’ARTERRE vient s’inscrire en complémentarité des services d’aide déjà offerts dans le milieu, par exemple par le Centre local de développement (CLD) ou la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC).

Il s’agit d’un «service de maillage axé sur l’accompagnement et le jumelage entre aspirants-agriculteurs et propriétaires de terres, de bâtiments agricoles ou agriculteurs sans relève identifiée».

Il est important de préciser que ce service ne s’adresse pas aux agriculteurs pouvant déjà compter sur une relève apparentée, mais bien à ceux qui souhaitent se retirer tout en sachant que quelqu’un prendra le flambeau.

Valoriser les terres agricoles sous-exploitées

L’ARTERRE s’adresse aussi aux propriétaires terriens qui n’exploitent actuellement pas leur sol à 100%, mais aimeraient le rentabiliser.

Par exemple, certains agriculteurs ne cultivent qu’une partie de leur propriété et peuvent détenir dans leur arrière-cour un énorme potentiel acéricole en dormance. Ils pourraient en céder les droits d’exploitation pour qu’un aspirant-agriculteur y fasse ses premiers pas dans l’industrie agroalimentaire.

Comment s’inscrire?

Les propriétaires de terres agricoles et les aspirants-agriculteurs qui souhaitent profiter des services de L’ARTERRE peuvent remplir le formulaire de préinscription en ligne au www.arterre.ca. On y trouve un répertoire des offres d’agriculteurs propriétaires ou d’aspirants, dans un format qui rappelle celui des agences de rencontres.

«Dans un souci de confidentialité, les offres exposées n’identifient pas les candidats, qu’ils soient propriétaires ou aspirants», précise toutefois la MRC.

Les candidats seront ensuite contactés par l’agente de maillage pour la MRC d’Antoine-Labelle, Nadia Brousseau, qui les rencontrera et assurera le suivi de leur dossier. Elle les accompagnera d’ailleurs du début à la fin du processus de maillage, L’ARTERRE disposant même de modèles de baux qui ne demandent qu’à être remplis puis notariés.

Quelques candidatures ont déjà été acheminées à Mme Brousseau. Cette dernière fonde d’ailleurs beaucoup d’espoir sur L’ARTERRE. «Je pense qu’il va y avoir un regain, puisque des jeunes vont arriver et qu’ils vont avoir de l’aide, dit-elle. Il y a des propriétaires qui sont prêts à aider la relève, donc s’il y a des jumelages qui fonctionnent, ça va redonner un souffle et une belle vitalité à la région.»

Rencontres d’information

Trois rencontres d’information sont déjà prévues. La première aura lieu le 6 juin prochain à Kiamika (Érablière Grenier, 66, chemin Valiquette), la seconde le 19 juin à Rivière-Rouge (Auberge Saint-Bohème, 1397, chemin de la Mullen) et la troisième le 4 juillet à Ferme-Neuve (Maison La Concerne, 38, 15e avenue).

Lors de ces séances, Mme Brousseau présentera «toutes les informations pertinentes concernant le service L’ARTERRE» tels que «son fonctionnement, les opportunités qu’il offre ainsi que son importance pour le territoire».

On peut s’inscrire à une de ces rencontres auprès de Mme Brousseau, soit par courriel au pdza@mrc-antoine-labelle.qc.ca, soit par téléphone au (819) 623-3485, poste 213.

Partager: