Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
17 mai 2018

Caisse Desjardins de Ferme-Neuve

Les membres endossent le projet de fusion à 87%

Kathleen Godmer , journaliste

Mathieu Ouellette, président et Joël Plouffe, directeur général intérimaire de la Caisse de Ferme-Neuve (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Mathieu Ouellette, président et Joël Plouffe, directeur général intérimaire de la Caisse de Ferme-Neuve (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 16 mai dernier, au Centre sportif Ben-Leduc, les membres de la Caisse Desjardins de Ferme-Neuve étaient invités à venir voter pour une deuxième fois, en moins d’un an, sur le projet de regroupement avec la Caisse Desjardins du Cœur des Hautes-Laurentides. Ce sont 244 personnes qui étaient présentes et, cette fois, c’est à 87% que les membres ont accepté d’endosser le projet.

Depuis le début, certains membres ont des craintes face à ce regroupement. La peur de perdre la succursale en place, d’avoir moins de services, la crainte que leur argent soit réparti ailleurs, de ne plus avoir droit de parole lors des assemblées, de ne pas être bien représentés, étaient les points apportés et nourrissaient les questionnements.

Plus d’explications, meilleure compréhension

En juin 2017, 58% des membres présents avaient accepté le projet, mais ce n’était pas suffisant pour aller de l’avant avec la fusion des Caisses Desjardins du Cœur des Hautes-Laurentides et de Ferme-Neuve, puisque la fédération exige un minimum de 66%.

Moins d’un an plus tard, les dirigeants et administrateurs font encore la demande à savoir si on souhaite que les succursales de Ferme-Neuve et Saint-Anne-du-Lac deviennent des centres de services de la Caisse du Cœur des Hautes-Laurentides.

Joël Plouffe, directeur général intérimaire de la Caisse de Ferme-Neuve, ne voyait pas la démarche d’un deuxième vote comme étant un non-respect de la décision des membres et parlait plutôt de l’urgence de la situation qui afflige sa succursale.

Même si l’assemblée générale annuelle, qui s’est tenue il y a trois semaines, a permis aux gens de poser des questions et de mieux comprendre la situation, M. Plouffe et le c.a. de la Caisse de Ferme-Neuve ont tout de même fait un retour pour réexpliquer les enjeux de ce regroupement.

À tour de rôle, M. Plouffe et le président, Mathieu Ouellette, ont expliqué que suite à cette fusion des caisses, il n’était pas question de diminuer les services, mais plutôt de les adapter et d’investir selon l’évolution des besoins.

Les deux hommes ont aussi fait état de la situation de la Caisse de Ferme-Neuve qui, en ce moment, est en décroissance sur le plan financier (baisse de 53% ou 129 000$ dans les quatre derniers mois) et est de moins en moins capable de répondre aux exigences des membres.

La succursale rencontre d’énormes difficultés pour l’embauche de personnel qualifié, ne peut maintenir une vie associative forte, n’est pas en mesure de développer le plein potentiel des membres et non-membres à cause des délais de plus en plus longs pour les services et rendez-vous et a de la difficulté à demeurer solide financièrement.

Ce qui sera

MM. Plouffe et Ouellette ont aussi pris le temps de répondre aux questions concernant l’avenir et le nouveau fonctionnement de cette nouvelle caisse, suite au regroupement.

Ils ont expliqué, entre autres, que suite à l’acceptation de la convention de fusion, le nom de Caisse Desjardins du Cœur des Hautes-Laurentides serait adopté, que le siège social resterait à Mont-Laurier afin de sauver des coûts, que le transit retenu serait celui de Mont-Laurier, que le c.a. serait composé de 15 dirigeants, que le capital social serait transféré dans la nouvelle caisse, que ristournes et excédents seront redistribués équitablement et que personne ne subira de perte.

Graphiques, chiffres, statistiques et tableaux à l’appui, on s’est aussi donné la peine d’expliquer en détail ce que sera la régie interne et la gestion de la nouvelle caisse.

Prochaines étapes

Après toutes ces explications qui voulaient permettre aux membres de prendre une décision plus éclairée, le vote s’est fait dans les règles de l’art avec huit scrutateurs nommés. Vote à main levée qui a confirmé que 202 personnes ont voté en faveur du projet et que 32 étaient contre. La fusion des caisses est donc acceptée à 87% du côté de Ferme-Neuve.

Maintenant, on devra organiser, dans les plus brefs délais, une autre assemblée pour consulter les membres de Mont-Laurier puisque ceux-ci doivent aussi voter et accepter ce regroupement.

Toutefois, on est très positif face au probable résultat car lors de la première rencontre, du côté du Cœur des Hautes-Laurentides, les quelques membres présents avaient tous voté favorablement.

Par la suite, on devra faire approuver le dossier par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et la fusion légale devrait devenir effective le 1er janvier 2019.

«Fermer la caisse? Non! On l’utilisera différemment. On va de moins en moins au comptoir, mais on a des hypothèques, des placements, différentes cartes de crédit… Il faut continuer, car c’est la meilleure garantie pour que le pont de service reste en place.» – Joël Plouffe, directeur général intérimaire de la Caisse de Ferme-Neuve

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel