Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
14 mai 2018

Festival Interculturel de la Lièvre

Des mots pour l’imaginaire

Kathleen Godmer , journaliste

La jeune Elisabeth, ravie de présenter son conte en compagnie de Robert Seven Crows Bourdon (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
La jeune Elisabeth, ravie de présenter son conte en compagnie de Robert Seven Crows Bourdon (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le Festival Interculturel de la Lièvre était de retour pour une 8e année, les 11, 12 et 13 mai derniers, avec une programmation mettant en vedette Robert Seven Crows Bourdon, Mathieu Lippé, ainsi que 14 jeunes de la région ayant été initiés la création de contes.

Le 13 mai, à l’église de Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles, se tenait un spectacle gratuit avec sept élèves de l’école Notre-Dame (3e année) et sept élèves de la polyvalente St-Joseph (option théâtre sec. 3). Le public s’est régalé du travail de tous ces élèves qui offraient au public leur propre conte et qui étaient accompagnés de Robert Seven Crows Bourdon, Métis, conteur professionnel, fondateur et directeur artistique du festival.

Certains des jeunes créateurs étaient très nerveux, d’autres fébriles, mais tous très fiers de présenter leur œuvre. Créativité, partage et plaisir étaient au rendez-vous. Que ce soit le méchant dragon, le rusé renard rouquin ou Rackham le chien, les personnages et univers présentés charmaient et enveloppaient de magie les spectateurs.

Un projet collectif

Pour mettre sur pied cette superbe présentation, Rober Seven Crows est allé rencontrer deux fois chacun des groupes en classe, au primaire et au secondaire. Il a partagé avec eux sa passion et les a accompagnés dans la création de leur conte en offrant scénario de base, conseils et idées.

Suite à ces visites, ce sont les enseignantes qui ont pris le relais et qui ont soutenu les jeunes dans le processus de création. Le conteur se disait ravi de voir cette belle collaboration.

«Je dois sincèrement remercier les enseignantes et les directions d’école qui se sont prêtées au jeu», affirmait-il. Le conteur métis expliquait aussi que la tradition orale commence avec des mots, que le conte aide à avoir une parole libre et que c’est ce qu’il faut offrir et faire découvrir aux nouvelles générations. Le principal objectif de ce beau projet de contes était de laisser la parole aux jeunes en leur permettant de créer, de s’exprimer, de laisser s’envoler leurs émotions et leur imaginaire.

En cette journée de fête des mères, on voulait offrir aux mamans la parole des enfants, une belle façon de conclure cette 8e édition du Festival interculturel de la Lièvre.

«Ce qui est merveilleux, c’est que les jeunes ont pu voir que les contes ce n’est pas juste du Walt Disney, ça peut être profond, fantastique, traditionnel, drôle et même triste.» – Robert Seven Crows Bourdon

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel