Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 mai 2018

Environnement et agriculture

Les élus locaux veulent davantage de services de proximité

Simon Dominé , Rédacteur en chef

La MRC d’Antoine-Labelle a besoin de plus de services de proximité de la part du gouvernement en matière d’agriculture et d’environnement, lance le député Sylvain Pagé aux ministres responsables (photo: pexels.com).
La MRC d’Antoine-Labelle a besoin de plus de services de proximité de la part du gouvernement en matière d’agriculture et d’environnement, lance le député Sylvain Pagé aux ministres responsables (photo: pexels.com).

Dans deux lettres distinctes, le député de Labelle, Sylvain Pagé, dénonce le manque de ressources gouvernementales dans les Hautes-Laurentides au niveau de l’environnement et l’agriculture.

Tout récemment, le député Pagé a interpellé la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatique (MDDELCC), Isabelle Melançon, et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), Laurent Lessard.

Dans sa première lettre, il rappelle à la ministre Melançon que cela fait maintenant plus de dix ans que des entreprises et des intervenants entreprennent des démarches afin de doter les Hautes-Laurentides de ressources du MDDELCC.

«En considération des nombreuses sollicitations qui peuvent être faites à votre ministère, il est difficile de concevoir que son plus proche bureau soit situé à plus de 200 km de la ville centre de la MRC, soit Mont-Laurier», écrit le député.

D’après M. Pagé, il en va tout simplement de la protection de l’environnement. « (…) la réalité d’un aussi grand territoire est difficilement prise en charge par des ressources situées à une telle distance».

Avoir un bureau local

Il rappelle qu’avec 4 500 lacs et rivières, ses caractéristiques minière et forestière ou encore sa très forte concentration de ZEC et pourvoiries, la «cours de récréation de Montréal et d’Ottawa» que sont les Hautes-Laurentides méritent mieux. Rappelons qu’à elle seule, la MRC d’Antoine-Labelle représente 75% de la superficie des Laurentides.

Le député affirme avoir l’appui des 17 mairesses et maires de la MRC. Le sujet était d’ailleurs inscrit à l’ordre du jour de la rencontre du comité administratif de la MRC, le 9 mai dernier. Il demande à la ministre «d’évaluer une nouvelle fois la faisabilité concernant l’implantation d’un bureau au sein de la MRC d’Antoine-Labelle». Il explique par ailleurs que «des conditions facilitantes afin de minimiser les coûts d’opération» pourraient être mises en place afin d’accueillir les ressources du MDDELCC à Mont-Laurier.

En attente depuis neuf mois

La lettre que le député a envoyée cette fois au ministre Lessard au sujet du MAPAQ figurait également à l’ordre du jour de la séance du 9 mai.

M. Pagé rappelle qu’en juin 2017 déjà, l’Union des producteurs agricoles (UPA) Outaouais-Laurentides avait émis des préoccupations par rapport au manque d’effectifs au bureau de Mont-Laurier.

Comme l’a confirmé au Courant le directeur général du Centre local de développement (CLD) d’Antoine-Labelle, Frédéric Houle, seules deux personnes sont à l’emploi du MAPAQ à Mont-Laurier, pour le volet aide et accompagnement aux entreprises agricoles. Le bureau le plus proche dans les Laurentides est situé 200 km plus loin, à Blainville.

M. Pagé rappelle qu’à elles seules, les MRC d’Antoine-Labelle et des Laurentides comptent près de 300 producteurs agricoles. «Il est donc difficile, dans ce contexte, de concevoir que le potentiel du secteur agroalimentaire puisse se réaliser et que la croissance économique prenne le rythme escompté», souligne le député.

Dans sa lettre M. Pagé rappelle que le 7 juillet 2017, en réponse à l’UPA, le sous-ministre Marc Dion semblait prêt à analyser l’offre de service actuelle du bureau de Mont-Laurier. «Neuf mois plus tard, nous sommes toujours dans l’attente de votre analyse», déplore aujourd’hui le député.

Selon lui, «les besoins les plus urgents» pour le bureau du MAPAQ à Mont-Laurier sont l’embauche d’un(e) adjoint(e) et d’un(e) agronome.

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel