Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
8 janvier 2018

Recensement canadien de 2016

Se loger coûte moins cher dans les Hautes-Laurentides

Bien que le coût des loyers et des hypothèques soit moindres dans la MRC d’Antoine-Labelle, les salaires y sont également moins élevés que pour l’ensemble du Québec (photo : Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).
Bien que le coût des loyers et des hypothèques soit moindres dans la MRC d’Antoine-Labelle, les salaires y sont également moins élevés que pour l’ensemble du Québec (photo : Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).

Selon les dernières données du recensement canadien de 2016, se loger dans la MRC d’Antoine-Labelle coûterait en moyenne 351 $ de moins par mois pour les propriétaires et 172 $ de moins par mois pour les locataires.

Si pour se loger les propriétaires et locataires québécois doivent en moyenne débourser respectivement 1 085 $ et 775 $ par mois, la facture mensuelle des propriétaires et locataires dans la MRC d’Antoine-Labelle s’établit plutôt à 734 $ et 603 $.

Pour une année complète, cela représenterait une économie moyenne de 4 212 $ pour les propriétaires et de 2 064 $ pour les locataires. Notons cependant que le revenu moyen des résidents de la MRC d’Antoine-Labelle est de 33 037 $, soit de 9 509 $ inférieur à celui pour l’ensemble du Québec (42 546 $).

De plus vieux logements

Lorsqu’on s’intéresse aux années de construction des logements, on constate que ceux de la MRC d’Antoine-Labelle sont légèrement plus anciens que ceux de l’ensemble du Québec. En effet, 35,6 % des logements de la plus nordique des MRC laurentiennes ont été construits entre 1961 et 1980 alors que, pour l’ensemble du Québec, ce sont 31,6 % des logements qui ont été construits à pareille date.

On observe également depuis 2006 un léger ralentissement de la construction immobilière dans les Hautes-Laurentides. Dans la MRC d’Antoine-Labelle, 6,3 % des logements ont été érigés entre 2006 et 2010 (contre 6,8 pour le Québec) tandis que 4,8 % l’ont été entre 2011 et 2016 (contre 5,9 % à l’échelle québécoise).

Partager: